20/12/2014

Les séjours de Noël

Certains ont pris de l’avance sur le gâteau et sont partis changer d’air avant les autres, les veinards.

Le départ, c’était donc lundi dernier. Comme chaque année, de nombreuses personnes âgées ont rendez-vous à la gare routière pour se rendre dans des maisons de vacances. Elles y passent d’agréables séjours de Noël, proposés par l’Hospice général. Séjours qui affichent toujours complets, tant ils font du bien.

Les isolés oublient un moment leur solitude et profitent de passer ces Fêtes à plusieurs, dans un cadre sécurisé.

Comme chaque année, Jean-Michel, le responsable des inscriptions à ces séjours, se trouve sur place pour vérifier que tout va bien et aider les aînés à grimper dans le car, si besoin.

Or ce lundi, quelqu’un manque à l’appel. Une dame qui fête justement ses 79 ans ce jour-là. Une habituée des séjours de Noël. Jean-Michel essaie de la joindre chez elle. Personne. Il essaie encore. Rien. En soirée, comme la situation le turlupine, il parvient à entrer en contact avec les concierges de l’immeuble où vit la Versoisienne. Ceux-ci, dans le doute, appellent la police, qui ouvre la porte.

Bien vu. Car l’aînée n’est pas à la fête: elle est tombée, il y a 48 h de cela, et est toujours étendue sur le sol. Elle y serait restée un bout de temps encore si l’employé de l’Hospice s’était strictement limité à ses heures de travail. Mais voilà, quand on a du cœur, les heures importent peu.

Au lieu de fêter son anniversaire à la montagne, la blessée s’est donc retrouvée aux urgences, puis hospitalisée. Raté, ce séjour de Noël. Faudra qu’elle se rattrape pour ses 80 ans!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

19/12/2014

La galette à venir

cheque.JPGMince alors, je ne les ai pas vues arriver. Les vacances de Noël, donc. Paraît que c’est aujourd’hui le dernier jour d’école de l’an 2014. Si tout le monde file, qui va encore penser à la Thune du Cœur?

Heureusement, il y a les élèves de l’établissement primaire Ami-Argand et Bon-Séjour! Ils m’ont remis hier, avant de s’égayer dans la nature, la somme de 1431 fr. 65, sous la forme d’un grand chèque joliment dessiné.

C’est la recette de leur marché de Noël, où des bricolages ont été vendus, avec la soupe et des marrons chauds. J’étais toute émue devant ces centaines d’enfants, réunis dans la salle de gym, qui ont sagement suivi les explications sur le pourquoi du comment de cette opération de solidarité. Des bises à tous les enfants et au corps enseignant!

A mon retour de Versoix, une grosse enveloppe des Services industriels de Genève m’attendait. Ce n’était pas la facture habituelle d’électricité et de gaz, mais une très belle surprise: un don dodu, «fruit de notre manifestation annuelle, la Revue de l’Escalade SIG.» J’aurais bien aimé y assister…

Un grand merci au personnel des SIG ainsi qu’à tous ceux qui viennent à la réception glisser discrètement des thunes dans Jules. Notre cochon restera de piquet jusqu’à la fin de l’année. De nombreux donateurs se manifestent encore après Noël, et ce serait trop bête de se passer de leur contribution.

La remise de la Thune du Cœur 2014 à l’association Partage et aux épiceries solidaires de Vernier, Lancy, Onex et des Trois-Chêne aura donc lieu le 6 janvier, jour de la fête des Rois.

D’ici là, faut mettre la briquette pour que cette galette comble tous les appétits!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

18/12/2014

Quand la musique est bonne

Les chorales genevoises aiment la Thune du Cœur, les groupes de rock aussi. Tout ça fait le beurre de Jules…

L’Echo d’Onex vient de lui apporter le fruit de sa collecte réalisée lors de sa soirée d’Escalade. Merci à ces chanteurs onésiens, ils ont un chœur un or.

Bravo à Delfim et à son équipe qui organisent à nouveau deux soirées en faveur de la Thune. Elles auront lieu le vendredi 19 et le samedi 20 décembre à la Brasserie des Artisans (5D route des Jeunes). Une adresse chaleureuse et solidaire où les clients se régalent de plusieurs manières: ils peuvent à la fois manger, profiter d’un orchestre pour danser et s’amuser, tout ça pour la bonne cause. Ça vaut le détour.

Deux groupes sont à l’affiche de la première soirée: Pop Corn’s et Styl'60. Nasca assurant le spectacle samedi. Les concerts débutent vers 21 h 30 et une tombola géante suit, avec de superbes lots. J’en fais trop? Même pas, tellement ils sont sympas.

Et s’il n’y a plus de place à la Brasserie des Artisans (réservation utile au 022 301 12 64) et que vous souhaitez toujours joindre l’utile à l’agréable, il devrait rester samedi et dimanche quelques places à la Cité Bleue pour assister à Barnum, la comédie musicale qui rend hommage à l’inventeur du cirque moderne.

Un spectacle tonique et tout public qui réunit une quarantaine de danseurs, chanteurs, acrobates, comédiens et musiciens. Plus quelques tirelires pour la Thune… (loc. 077 460 66 80; www.barnum-circus.ch)

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

17/12/2014

Jules est à la bourre

Ces jours, Jules est à la bourre!

On le croise dans tous les milieux genevois, sportifs, culturels ou économiques. Il s’attable dans les bistrots et les familles. Dans les clubs et chez des amis. Il s’adapte à toutes les sauces, pourvu qu’elles soient bonnes.

Jules était ainsi invité lundi soir aux Vernets pour assister au quart de finale de la Coupe de Suisse. Les Aigles ont gagné haut la main, tandis que leurs supporters glissaient 2236 francs dans les tirelires de la Thune du Cœur. Merci aux amateurs de hockey, aux porteurs de crousilles et au staff du GSHC!

Jules s’est aussi rempli la panse au Pickwick, lors du concert donné par le Beau Lac de Bâle. Il a fait de même au RDV, le café de la rue de Carouge, où le patron bichonne le nourrain comme ses clients. La collecte réunie à l’occasion d’une soupe de l’Escalade très améliorée pèse ainsi doux dans son bidon.

Autre délicatesse? «J’ai invité mes amies pour le souper du «P’tit Noël». A la place de m’offrir un cadeau, j’ai proposé Jules. Alors voilà!» Le «voilà» généreux a été livré dans une tirelire rouge à croix blanche, sans signature…

Les jeudistes du Club alpin marchent également en faveur de Jules, ce qui lui fait le plus grand bien. Et puis chaque vendredi de décembre, notre cochon compte les employés de l’entreprise Cargill qui viennent bosser en jeans et lui filent une thune. Cinq francs pour ne pas enfiler un jour le costard-cravate ou le tailleur de circonstance, fallait y penser. Car ça rapporte!

Tous ces dons arrondissent Jules qui pèse à ce jour 35 846 francs. Mais il doit encore grossir pour remplir au mieux sa mission. Par ici, les thunes!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/12/2014

Un cadeau original

Vous manquez d’idée pour un cadeau original? L’Hôpital cantonal vous en offre une sur un plateau: donnez votre sang, et offrez la vie…

C’est un sacré beau présent. A faire au plus vite.

Il manque en effet mille donneurs d’ici à la fin de l’année pour couvrir les besoins des HUG. Ce serait bien que les adultes en bonne santé trouvent le temps d’aller au centre de transfusion sanguine pour se faire prélever quelques décis d’or rouge.

Mais tous les citoyens, même en bonne santé, ne peuvent donner ce qui coule dans leurs veines, pour les raisons que l’on sait. Si la plupart des restrictions au don semblent évidentes, il en est une qui surprend.

Il n’y a pas si longtemps encore, les personnes qui suivaient un traitement d’épilation électrique dans des instituts de beauté n’entraient pas dans la catégorie considérée à risque.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Si l’on se fait ôter des poils par cette méthode, il faut désormais attendre six mois après la fin du traitement pour être à nouveau donneur. Dommage!

Les épilés passeront un tour. Les autres iront se faire piquer au centre de transfusion, dont les horaires de fin d’année ne sont pas des plus simples. Avant de se rendre rue Gabrielle-Perret-Gentil 6, mieux vaut consulter le site ou téléphoner au 022 732 39 01.

Donner son sang c’est super, donner des sous à la Thune du Cœur itou. Il en est même qui font les deux à la fois. Quel sens du partage!

Demain je fais le topo avec Jules et je vous donne les résultats du match de hockey. Pas côté buts. Côté thunes, bien sûr!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/12/2014

Tous aux Vernets

Rendez-vous tous ce soir aux Vernets. Car c’est aujourd’hui le quart de finale de la Coupe suisse, Genève Servette contre Rapperswill.

Dis, tu t’y connais en hockey, Julie? Euh non, pas vraiment! Mais je sais en revanche que la Thune du Cœur est la cause mise à l’honneur de ce match. Et que c’est extra!

Je file donc à la patinoire avec Jules et tous ses potes roses sous le bras. J’espère juste que l’aigle des Grenats ne va pas fondre sur nos petits cochons à la première occasion…

Comment va-t-on mettre la Thune du Cœur à l’honneur dans ce temple du sport de glace? Le croquis de notre mascotte passera sur les écrans géants de la patinoire pendant toute la soirée.

Le cochon tirelire fera ainsi les yeux doux aux milliers de spectateurs qui ne pourront résister à son appel. Si ce clin d’œil ne devait pas suffire, un speaker présentera à plusieurs reprises, et à grand renfort de décibels, notre action de solidarité. Ça devrait le faire.

Et puis il y aura des collègues de la Tribune de Genève et des amis de la Thune qui feront circuler des crousilles, plus un stand à l’entrée de la patinoire où se trouveront Jules et sa tribu.<

Il y aura, entre autres, le gros cousin du Danemark qui a été soigné par Annie et qui affiche à nouveau une belle santé. Je pourrais peut-être lui filer des patins, pour sa première sortie? On verra.

En attendant, il est un super-dessinateur de presse, sportif à ses heures, qui se prépare à faire son entrée sur la glace: Herrmann effectuera le coup d’envoi du match et lancera le puck. Chic!

Quand je vous dis qu’il faut se rendre ce soir aux Vernets…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

13/12/2014

Les pétards d'Escalade

C’est le temps des commémorations historiques et de la célébrissime marmite en chocolat. Alors un conseil: faites gaffe avec les papillotes aux couleurs genevoises. Elles contiennent des pétards! Vous imaginez?

L’avertissement tient sur un petit billet glissé dans les marmites vendues en supermarchés. Parmi les mesures à prendre pour éviter l’accident, il en est une qui vaut son pesant de massepain: le pétard «ne peut être remis à des personnes de moins de 12 ans.» Des enfants, donc.

Pas de pétard avant le cycle d’orientation… On se pince!

Si les gosses ne doivent pas faire péter ces douceurs, selon le sacro saint principe de précaution, qui le fera? Le pépé cardiaque? La cousine Berthe? Non, c’est un truc de môme. Allez, enfants de la République, tenez ferme les deux extrémités du pétard, et paf, vive l’Escalade!

L’Escalade, c’est aussi le temps des collégiens dans la rue et des soupes qui réunissent les associations de personnes plus âgées. Le club des aînés de Perly-Certoux et celui de Lancy ont tous deux pensé à Jules lors de leur réunion de fin d’année et viennent de lui apporter l’oseille. Merci à eux!<

L’Escalade, c’est enfin toutes ces cart@bonus qui n’en finissaient pas d’arriver cette semaine des quatre coins du canton droit sur mon bureau. Ces bouts de plastique à recycler ont été changés juste à temps au guichet orange.

J’ai alors reçu trente et une cartes d’une valeur de vingt francs. Faites le calcul: il y avait pour 6200 francs de cartes usagées récupérées. Ça valait donc le coup! Pas dit que les TPG aient été ravis. Mais d’autres apprécieront!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

12/12/2014

L'attente du cochon

Je cause, je cause, mais je ne vous dis pas grand-chose ces jours sur l’état de santé de mon Jules. Le cochon, donc.

Rassurez-vous, il se porte plutôt bien! Il trône, pépère, à la réception de la Julie et rosit de plaisir devant tous ces gens qui glissent des sous dans sa panse ou déposent à ses pieds une enveloppe qui ne passerait pas dans ses flancs.

En son nom, je chante les louanges de la Chorale du Plateau de Lancy-Onex, fidèle de la Thune, que je ne peux jamais remercier ailleurs qu’ici car je ne trouve pas ses coordonnées…

Je tresse aussi des lauriers aux artisans de Puplinge et à son émissaire, venue apporter la collecte réalisée lors de leur marché de Noël, au club des aînés de Châtelaine-Balexert, qui fait toujours un geste pour la Thune lors de son repas d’Escalade, ainsi qu’au club des retraités de la Société Générale de Surveillance qui veille bien sur Jules.

Un gros bisou itou aux dames du p’tit café de la Terrazza. Elles cotisent régulièrement pour notre cochon, tout comme les mystérieuses Perruches, âgées de 65 à 87 ans, est-il précisé sur leur carte, et qui pensent à lui en cette fin d’année.

Chapeau aux musiciens: la scène libre Ukulélé et vin chaud a fait un tabac lundi soir à Plan-les-Ouates, lors d’une soirée sympa organisée par les ex-jeunes de la commune. Un grand merci.

Grâce à eux, et à tous ceux dont je vais parler sous peu, Jules affiche à ce jour 28 091 francs. Drôlement bien!

A noter que le Beau Lac de Bâle donnera ce soir un concert au Pickwick pour offrir aux expats une «Escalade Party» très rock and roll. On promet un burger «à la longeole» et une marmite en chocolat. Jules y sera. Oh yeah!

 

JULIE-LA THUNE DU COEUR /UBS SA. Numéro  0240-504482.01K. IBAN CH080024024050448201K. BIC UBSWCHZH80A

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

11/12/2014

L'hiver sous tente

Fait toujours plus frais. Bob est inquiet: ça sent la neige. Or, ce n’est pas le bon plan. Car avec Jane, sa femme, ils vivent depuis quelques mois sous tente, dans un bois près de Sézenove.

Pour protéger leur abri des intempéries, ils ont tendu des bâches entre les arbres. Dans ce séjour très aéré ont pris place, sur un tapis de feuilles, deux ou trois meubles qui rappellent leur ancien logis. Ça fait trois ans déjà que ces Genevois, marqués par la vie, n’ont plus de toit.

La nuit, ils dorment enveloppés dans des couvertures de survie, en compagnie leurs deux chiens et de leur chat. Le jour, ils s’occupent comme ils peuvent, se rendent à la boulangerie de Plan-les-Ouates, où une cagnotte est faite pour eux, et passent souvent à la pharmacie. Côté santé, c’est pas le pied.

Bob et Jane ont tous deux 46 ans, sont à l’AI et n’en peuvent plus de cette situation désespérante, même si de bonnes âmes leur apportent parfois des habits chauds et des soutiens.

Faut croire que leur campement fait tache dans le paysage. Eux-mêmes font tache: certains promeneurs et cavaliers ne les apprécient guère. Il y a régulièrement plaintes et visite de la police. Qui tolère plus ou moins leur présence.

Mais est-ce tolérable que deux personnes pareillement mal en point vivent dans de telles conditions, en plein hiver? N’y a-t-il pas, quelque part dans ce beau canton, un bout de terrain avec un mobil-home, un vieux bus VW, une cabane, un petit chalet inutilisé ou que sais-je, qui permettrait à Bob et Jane de passer l’hiver au chaud?

Une maisonnette isolée, ce serait idéal. Il faut rêver. Surtout avant Noël!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

10/12/2014

Un trafic de cartes

Le contenu d’une lettre en courrier A s’est perdu dans la nature, quelque part entre Vandœuvres et le Petit-Lancy.

Perdu, pas tout à fait! L’enveloppe étant dodue, une main fureteuse l’a ouverte sur le côté pour s’emparer de ce qu’elle cachait. Mais le trésor espéré n’était pas au rendez-vous. Bien fait!

Il y avait là juste quatre cart@bonus déjà utilisées que Janine envoyait à une amie. Une aide pour que la Lancéenne parvienne au total de 200 francs qui lui donnerait droit à une carte TPG.

Seule consolation, le gentil petit mot d’accompagnement n’a pas été prélevé par l’indélicat. L’amie a apprécié…

Elles n’ont donc pas eu de chance avec la Poste. Car de mon côté, en plus des billets destinés à Jules, j’ai reçu six enveloppes pleines de cartes à recycler. Plus celles déposées directement à la réception. Sympa!La pile sera bientôt troquée contre une dizaine de nouveaux titres de transport. Je les donnerai à une association quand j’en aurai le temps.

Pour l’heure, faut que je bichonne mon cochon. Mais je ne suis pas la seule à m’en préoccuper! Les vadrouilleurs de Conches sont ainsi venus lui déposer un don, accompagné d’une ode tirée des «5 colonnes à la Thune».

De grands poètes, ces marcheurs:

«O Jules, honorable «porc épique» /O toi, mon petit grain de fantaisie/ Serais-tu donc pour «lard brut»?/ Et chanterais-tu en la ou en rut?

Qu’importe! Toi le plus illustre des Jules/ Continue à faire plein d’émules/ En répandant par tout le canton/ A ta gloire, mille et un crousillons.

Bref, Jules, pas encore le temps de coincer la bulle.» Voilà qui est dit!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Un trafic de cartes

Le contenu d’une lettre en courrier A s’est perdu dans la nature, quelque part entre Vandœuvres et le Petit-Lancy.

Perdu, pas tout à fait! L’enveloppe étant dodue, une main fureteuse l’a ouverte sur le côté pour s’emparer de ce qu’elle cachait. Mais le trésor espéré n’était pas au rendez-vous. Bien fait!

Il y avait là juste quatre cart@bonus déjà utilisées que Janine envoyait à une amie. Une aide pour que la Lancéenne parvienne au total de 200 francs qui lui donnerait droit à une carte TPG.

Seule consolation, le gentil petit mot d’accompagnement n’a pas été prélevé par l’indélicat. L’amie a apprécié…

Elles n’ont donc pas eu de chance avec la Poste. Car de mon côté, en plus des billets destinés à Jules, j’ai reçu six enveloppes pleines de cartes à recycler. Plus celles déposées directement à la réception. Sympa!La pile sera bientôt troquée contre une dizaine de nouveaux titres de transport. Je les donnerai à une association quand j’en aurai le temps.

Pour l’heure, faut que je bichonne mon cochon. Mais je ne suis pas la seule à m’en préoccuper! Les vadrouilleurs de Conches sont ainsi venus lui déposer un don, accompagné d’une ode tirée des «5 colonnes à la Thune».

De grands poètes, ces marcheurs:

«O Jules, honorable «porc épique» /O toi, mon petit grain de fantaisie/ Serais-tu donc pour «lard brut»?/ Et chanterais-tu en la ou en rut?

Qu’importe! Toi le plus illustre des Jules/ Continue à faire plein d’émules/ En répandant par tout le canton/ A ta gloire, mille et un crousillons.

Bref, Jules, pas encore le temps de coincer la bulle.» Voilà qui est dit!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/12/2014

Les élèves se bougent

Quand elles ont appris que Laurent, le surveillant de l’école du Seujet, allait les quitter le 19 décembre, pour des raisons administratives, deux filles de douze ans ont décidé de passer à l’action.

Ella et Alexia ont rédigé une pétition qu’elles font signer ces jours, en dehors des heures de cours. L’initiative juvénile titille les parents! Ils se mobilisent à leur tour: un avis placardé sur les murs de l’école demande aux autres adultes de soutenir la démarche spontanée de ces élèves. Parole aux enfants, donc:

«NOUS AVONS BESOIN DE LUI

Laurent le surveillant va sûrement partir de l’école. Nous sommes toutes et tous tristes de l’apprendre.

IL EST TRES UTILE:

Le matin il regarde s’il trouve des objets dangereux (couteaux, seringue, pince etc.) ou même toute sorte de drogue.

Avant chaque récréation, Laurent fait partir les toxicomanes et les dealers qui traînent dans le préau des grands.

Dans le colimaçon, il fait aussi partir ceux qui y font leurs besoins ou qui vendent de la drogue.

S’il part qui va s’occuper de tout cela???

Si quel qu’un le remplace, il ne connaîtra pas bien le parc ni les cachettes et les dealers.

Au final, il faudra recommencer le boulot qu’a fait Laurent durant ces dernières années.

Nous espérons que cette pétition fera en sorte que Laurent puisse rester, avec nous, travailler à l’école du Seujet en tant que surveillant.

 NOUS AIMONS LAURENT. Des élèves du Seujet.»

Etrange réalité, n’est-il pas?

Le texte d’Ella et d’Alexia a déjà recueilli plus de 80 signatures. Saura-t-il toucher nos autorités?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

08/12/2014

Les mille et une thunes

Ah quelle belle Escalade ce fut, samedi! Jules n’en revient pas d’avoir réalisé pareil score. C’est vite vu, il a explosé son record, en dévorant plus de mille et une thunes aux Bastions!

Tandis que des foules sportives avalaient les kilomètres dans le froid et la bise, lui boulottait des tas d’oseille, bien au chaud, sur le stand de la Julie. Il bâfrait avec plusieurs cochons de son genre, tous désireux de prendre des réserves pour la Thune du Cœur.

Ils ont été sacrément gâtés! Ceux qui sont venus prendre café et croissant en notre compagnie ne les ont pas oubliés. Et hop, une pièce ou deux dans leur bidon. Ou un billet.

Ces dons n’ont pas faibli lors de la distribution de soupe aux héros du jour et à leur public frigorifié. Une soupe servie jusqu’à la fin de la Marmite, sur le coup de vingt heures. Après pareil régime, les cochons n’en pouvaient plus. Nous non plus, d’ailleurs…

Jules et ses potes ont ainsi engraissé de belle manière: 5412 francs amassés, et une centaine d’euros. Du jamais vu!

Ils ont avalé du lourd: 15 kg de monnaie, je ne vous dis pas comme c’était simple à trimballer et à trier. Merci aux petites mains qui m’ont aidée à faire le compte.

Je me suis ensuite amusée à faire ces totaux: les panses roses contenaient, entre autres, 3,3 kg de thunes; 5,7 kg de pièces de 2 francs; 2,6 kg d’un franc et 1, 6 kg de vingt centimes… Plus des billets de toutes les couleurs.

Merci à tous ceux qui ont alimenté les cochons durant cette très belle course de l’Escalade. Et gros becs de Jules, et de Julie, à toute l’équipe du marketing, ainsi qu’à Dimitri, qui a fait très fort.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/12/2014

Jules court l'Escalade

Aujourd’hui, c’est l’Escalade sportive.

Jules se lance donc dans la course. Mais aux Bastions, bien sûr, et à l’abri des intempéries.

Faut pas rêver: notre brave cochon n’est pas du genre à galoper sur les pavés glissants de la Vieille-Ville, en compagnie de 36 697 personnes! Sa course, c’est la Thune. Celle du cœur.

Alors il se ménage. Fait du sur place, malgré le froid qui menace. Il trônera ainsi toute la journée sur le stand de la Tribune de Genève, près l’entrée du parc, côté place Neuve.

Il se déplacera pour l’occasion en famille, avec les jolis cochons tirelires fabriqués par les enfants de Vernier, l’immense cousin du Danemark étant, quant à lui, en convalescence.

Ces charmantes bébêtes ne seront pas seules sur le stand, bien sûr. Nous serons de sortie pour vous servir cafés et croissants dès 9 h et de la soupe aux légumes en veux-tu en voilà dès 11 h 30.

Et on ne se bat pas, s’il vous plaît! Il devrait y en avoir pour tout le monde. Nous avons prévu 2000 litres de soupe bien chaude. Sans lardons.

Faudrait pas heurter nos suidés de service! Réservez leur bon accueil, car ils turbinent pour notre collecte qui sera attribuée, cette année, à Partage et aux épiceries solidaires de Lancy, Onex, Vernier et des Trois-Chêne.

Avant cette Escalade, la Thune du Cœur se monte à 11 826 francs. C’est bien, mais peut faire mieux!

Elle a encore quelques jours devant elle pour joliment s’arrondir et de beaux rendez-vous en perspective. Dont ce week-end à Puplinge, où deux cochons se goinfreront de sous pour le compte de Jules au marché de Noël des artisans. Bon appétit, les petits!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/12/2014

Barnum et compagnie

Ils n’ont donc pas fait grève, aux TPG, et vous avez passé en revue vos fonds de poches et de tiroirs, à la recherche de vieilles cart@bonus, comme je vous l’avais glissé à l’oreille.

Mais voilà. Dans de nombreux cas, le lot de cartes à recycler n’atteint la valeur de 200 francs permettant de profiter de l’écobonus à temps. Jusqu’au 14 décembre, donc. Alors vous pensez à moi…

Celia, Caroline, Eric et Martine m’ont fait hier, à peu de chose près, la même proposition: et si vous collectiez toutes ces cartes usagées et éparses? Vous pourriez les échanger contre de nouveaux titres de transports et les offrir à une association caritative. Ça ferait des heureux!

Excellente idée. Sauf que là, je passe un tour. Jules va me prendre en grippe si je ne m’occupe pas assez de lui. Je me concentre donc sur la Thune. Même que mon bureau s’est mué ces jours en porcherie, pour les besoins de la cause: il est truffé de cochons de toutes tailles qui patientent là avant d’aller jouer les tirelires dans les lieux publics.

Il est aussi rempli de crousilles en carton, estampillées Thune du Cœur, fournies à tous ceux qui souhaitent la soutenir. Vous pourrez ainsi les voir au théâtre de la Cité Bleue.

C’est là que se joue dès ce soir "Barnum", une comédie musicale créée à Broadway en 1981 sur la vie de l’inventeur du cirque moderne P.T. Barnum. La création suisse est portée par plus de 40 comédiens, chanteurs, danseurs, acrobates et musiciens. Un spectacle total et tonique qui filera la patate à tous ceux qui le verront, jusqu’au 21 décembre. Jules l’adore déjà!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

04/12/2014

Un bonus disparaît

Grèvera, grèvera pas? Cette question nous a tous bien pris la tête mercredi, jusqu’à plus d’heure. Quand vous lirez ces lignes, vous le saurez…

Quelle que soit la décision prise par les employés des TPG, cela ne devrait pas vous empêcher de faire vos fonds de tiroirs ou de vestes. A la recherche des cart@bonus usagées.

Une lectrice avertie me signale qu’à partir du 14 décembre, jour de l’introduction des nouveaux tarifs, le bonus au recyclage disparaîtra. On ne peut pas tout avoir, n’est-ce pas? La baisse des prix des titres de transport sur le réseau et le maintien des petits avantages.

Autant profiter de cet écobonus tant qu’il existe. Et rapporter fissa, dans une agence, le tas de cartes déjà utilisées de 20, 30 ou 50 francs totalisant une valeur de 200 francs. On vous remet alors en échange un bon de 20 francs, à réinvestir dans une offre des Transports publics genevois. Pas ailleurs.

Dommage! Jules aurait bien croqué ce bonus. Comme il avale tout ce qui lui passe à sa portée.

Notez qu’il a du nez, le bougre! Je ne sais pas comment il fait pour distinguer les vraies thunes des fausses qui circulent dans la région. Pour l’heure, il fait assez fort: toutes pièces avalées sont valables. Pourvu que ça dure!

Jules a encore pris un tour de taille supplémentaire. Grâce à qui? A tous ceux qui ont la tête en l’air et ont été heureux de retrouver leur bien au bureau des objets trouvés. Le chef de ce service d’utilité publique m’a remis les sous d’ici et d’ailleurs glissés au fil des mois dans les tirelires roses. C’est top!

18:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

03/12/2014

Triez rusé, oui mais...

La Ville rénove, la Ville entretient, la Ville recycle, la Ville fait tout pour nous. Elle informe aussi.

Ses services viennent d’annoncer aux habitants d’un secteur de la rive gauche le changement du jour de levée. Levée de papiers et de cartons, donc.

Le papillon s’est ainsi posé dans la boîte aux lettres d’une locataire de la rue Viollier. A sa lecture, elle a tiqué. Car pour elle et tous les voisins de la zone dite A, la voirie relèvera désormais les conteneurs à papier le lundi matin. Ceci dès janvier 2015.

Les services d’immeuble devront sortir ces bennes entre 5 h 00 et 6 h 30 le jour J. Ou plutôt le jour L. Le problème?

Imaginez que dans cette rue, et probablement dans une bonne partie du haut des Eaux-Vives, plus un seul concierge ne vit sur place. Ce sont principalement des entreprises qui assurent le service d’immeuble.

Elles pourraient dès lors être tentées de sortir ces conteneurs le vendredi, à la fin de leur journée de travail, pour ne pas avoir besoin de revenir le lundi à l’aube pour déplacer ces grosses caisses. Et alors, me direz-vous?

Ça donnera d’abord du boulot à la brigade des incivilités, la chose étant interdite. Ensuite, les gens auront deux jours devant eux pour fourrer tout et n’importe quoi dans ce qui ressemblera à une poubelle géante.

Et alors, bonjour le recyclage!

Le papillon de la rue Voillier a fini au vieux papier. La Voirie-Ville propre en fera encore bon usage. A noter que pour la grande majorité des habitants de la Ville, le jour de levée reste le jour M. Comme mercredi.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/12/2014

Chaîne de solidarité

Les habitants de Genève ont tant donné lors du Samedi du Partage que l’on n’avait pas encore fini de compter, dimanche soir, les quantités de vivres récoltées par une armée de bénévoles.

Les chiffres sont désormais connus: 150 tonnes de denrées non périssables et de produits de première nécessité ont été collectées dans 75 supermarchés engagés dans cette action.<

C’est un record de générosité!

Des tonnes de marchandises variées remplissent à nouveau les entrepôts de la centrale alimentaire Partage. Elles seront distribuées, au fil des mois, à une cinquantaine d’associations venant en aide aux plus démunis du canton.

Ces bons résultats prouvent, une fois de plus, que les Genevois ne sont pas indifférents au sort des plus fragiles d’entre eux. Et qu’ils font volontiers un geste concret de solidarité s’ils en ont les moyens.

Jules en sait quelque chose! En fin de semaine dernière, il montait la garde devant une boîte bleue valant son pesant de thunes qu’une dame attentionnée venait de déposer à ses pieds. Son bidon était à ce moment-là tout retourné par une enveloppe dodue et un peu froissée contenant un vrai trésor… Il n’en revenait pas de tant d’oseille.

Et puis hier, des mains anonymes sont encore venues lui donner de quoi prendre de l’embonpoint, tandis qu’une enveloppe garnie m’attendait, signée x: «La nettoyeuse du centre Balexert en pré retraite remercie le personnel pour leur cagnotte et vous met quelques thunes dans la panse à Jules.»

Un grand merci à toutes ces adorables personnes.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

01/12/2014

Calendriers de l'Avent

Ça y est, le fameux compte à rebours a commencé: il est temps d’ouvrir une les portes du calendrier qui nous conduiront droit à Noël.

Il semblerait qu’en la matière, la mode ne soit plus aux jolies images qui se découvrent sous les chiffres figurant dans une scène hivernale, parsemée de paillettes dorées ou argentées.

Le calendrier doit désormais être consommable!

Evidemment, le coût de la plaisanterie s’en ressent. Compter une bonne quarantaine de francs pour une boîte de 24 chocolats… Mais ce n’est pas tout. J’ai découvert qu’il existait aussi des variantes contenant des pièces de jouets Playmobil, Lego, poupée Barbie ou Spider-Man. Et ça coûte bonbon!

Le marché s’élargit encore. Les adultes étant de grands enfants, ils ont aussi doit à leur surprise quotidienne, sous forme de mignonnettes de whisky, vernis à ongles, thés ou produits de beauté. Il est même de petits malins qui pensent à nos amies les bêtes avec une formule boulettes ou gourmandises de l’Avent pour chats et chiens…

Et puisqu’on parle animaux, sachez encore que le traditionnel calendrier des Bains des Pâquis a invité cette année des escargots, pour rendre hommage à la lenteur.

Chaque fin d’après-midi, une cabine des bains va s’ouvrir sur une nouvelle installation vivante, peuplée de gastéropodes se déplaçant à la vitesse folle de six centimètres par minute. Les spectateurs n’ont rien à craindre. Ni filets de bave, ni fuites de colimaçon: une bergère d’escargots veille sur eux, le temps de l’Avent. Lent devant!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

29/11/2014

Allez, on partage!

Le samedi, c’est généralement la journée des courses. Et aujourd’hui, c’est le Samedi du Partage.

Ça tombe plutôt bien: les achats du jour ne serviront pas seulement à soi, mais un peu aux autres. Pour autant que l’on joue le jeu…

La collecte géante de denrées alimentaires et de produits d’hygiène se tient dans les supermarchés du canton. Dans plus de septante magasins des deux rives, c’est dire s’il faudra faire exprès pour la rater!

Cette deuxième récolte de l’année sert à renflouer les stocks de la centrale alimentaire Partage. Celle du mois de juin avait amassé quelque 105 tonnes de marchandises non périssables et des articles de première nécessité.

Ces réserves ont fondu. Elles ont été distribuées au cours des derniers mois à une cinquantaine d’associations qui soutiennent des personnes en situation de précarité. Et il n’y a bientôt plus grand-chose dans les entrepôts carougeois.

Pour aider à les remplir à nouveau, on peut compter sur les clients généreux qui achèteront de quoi remplir les palettes. Mais aussi sur les bénévoles. Ces gens sans qui rien, ou pas grand-chose, ne se ferait.

Plus de 800 personnes vont ainsi donner de leur temps et de leur énergie pour distribuer les cabas aux clients et les encourager à participer à cette grande action de solidarité.

S’ils reviennent avec les bras chargés de confitures, de poivre ou de Pampers, il faudra encore tout trier. Avant de ranger les tonnes de marchandises récoltées. Des amours, ces bénévoles.

Ce samedi, on partage donc tout. Même les épinards! Mais en boîte…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |