13/08/2010

Ronds de gambe dans la gouille

Camber ou gamber? Une lectrice me fait remarquer que chez elle, à Neuchâtel, on utilise semble-t-il le verbe «camber» quand on franchit un obstacle en levant la gambette. Par esprit d'escalier, j'avais écrit «gamber» dans l'encre bleue de mercredi. Vérification faite, j'ai pas tout faux!

Le Dictionnaire suisse romand admet ce terme, tout comme l'antique Glossaire genevois de Jean Humbert, qui varie encore les plaisirs: ce jeu de jambes se dit aussi «écamber». D'où l'exemple donné, fleurant bon le terroir: «Ecamber une gouille.» Vous imaginez la scène?

Bon, il n'y a vraiment pas de quoi se noyer dans la flaque ou faire rougir l'amie neuchâteloise: camber et gamber font tous deux l'affaire. Son solide accent des montagnes ne lui aura donc pas joué des tours.

Mais il en joue à d'autres. Certains présentateurs de la RSR nous offrent ainsi des couacs amusants en lisant des noms de lieux d'un fol exotisme pour eux. Pour peu, les bulletins routiers deviendraient presque des plages de poésie.

L'autre soir, l'animateur de la ligne de cœur annonce un bouchon à «Sème sa laisse». Ça se niche où ça? Du côté de Semsales, sans doute. Mercredi, une voix chantante laisse entendre qu'il y a des problèmes au col du Jaune. Une avalanche de soleil?

Notez qu'ils nous avaient déjà gâtés avec «Meyrin-gêne» pour Meiringen. Bien qu'à Meyrin, avec le chantier du tram, ça gêne toujours grave. Grave? L'adjectif ne figure pas dans le Glossaire genevois...

15:01 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.