18/08/2010

Le cauchemar du bus articulé

Ça s'est passé près de chez nous. Enfin, au pied de la «Tribune de Genève», où les faits divers arrivent parfois comme sur un plateau. Ainsi hier, à l'heure du goûter, un bus articulé des TPG s'est mélangé les pinceaux et nous a offert le meilleur spectacle de rue qui soit.

Car au lieu d'emprunter le nouvel itinéraire depuis la rue des Bains et enfiler le boulevard de Saint-Georges, voilà le N° 1 qui reprend ses bonnes vieilles habitudes. Il s'engage droit sur la rue des Rois.

Erreur! Face à la dure réalité du chantier, le bus recule. Puis tente un tourner sur route. Oui mais quand on est aussi long qu'un jour sans pain, il faut se méfier d'une telle manœuvre: le bus se cabre. La remorque se met de traviole et bloque tout sur son passage.

Débute alors une étrange valse sur le bitume. Celle d'un mastodonte bleu se déhanchant d'avant en arrière sans parvenir à ses fins. Libérés après quelques minutes de ce ballet, les passagers s'éparpillent entre les camions du chantier, les cyclistes et les voitures qui se faufilent alentour.

Côté spectateurs, tout le monde s'en mêle. Chacun donne son conseil. Ou lance des piques. Et ça dure une bonne vingtaine de minutes. Joël, le serveur qui en a vu d'autres depuis la terrasse de son café, s'en va rassurer celle qui vit un cauchemar.

Car au volant, c'est une femme. Hélas! Débarque alors un Zorro des TPG. Il grimpe dans le véhicule et, en un tour de main, le remet sur le droit chemin. Les clichés ont la vie dure.

10:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.