27/08/2010

Le cadeau n'était pas empoisonné

Avez-vous déjà tenté d'offrir quelque chose à des inconnus dans la rue? Si l'on ne craint pas le ridicule, l'expérience vaut la peine d'être vécue. Il suffit déjà de sourire aux passants pour les désarmer. Alors quand un cadeau leur tombe du ciel, ils se méfient.

Alice a testé la chose samedi dernier. Dans son sac à main, quatre billets de ciné pour enfants et étudiants, valables jusqu'au soir même dans un multiplexe de la ville. Impossible de les faire prolonger, et ses ados se dorent encore la pilule sous d'autres cieux. Autant que ces places profitent à d'autres, pense-t-elle. Il doit bien y avoir des jeunes prêts à se faire une bobine à l'œil.

Elle se dirige vers la zone piétonne du Mont-Blanc et prend son courage à deux mains pour aborder un groupe de garçons. La scène qui tue: «Vous êtes libres ce soir? J'ai des entrées de ciné à donner.» «Euh non, on est déjà pris», sourires gênés, regards en coin. Elle est folle la vieille, ou bien?

Un peu plus loin, deux ados sur un banc, les bras ballants. «Ça vous intéresse, des billets gratuits?» «Non non, on fait autre chose.» Ah bon. Rebelote à 10 mètres de là. Les filles pouffent de rire devant la proposition, sans doute malhonnête, et prennent le large. Ça continue ainsi sur plusieurs centaines de mètres. Les jeunes sont tous très très occupés. Alice est prête à déchirer ses billets quand apparaît une mère, entourée de quatre enfants. Et là, sourire radieux. «Oui, on veut bien, c'est gentil!» Alice lui aurait filé deux becs en plus pour la remercier.

10:49 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.