15/09/2010

La baguette du Jeûne genevois

La baguette à 7 fr. 30, qui dit mieux? Vous la payez plus cher encore? Vrai? Vous me donnerez l'adresse de la boulangerie: à ce prix-là, le pain doit juste être divin.

Rien de tout cela, en ce qui nous concerne. Achetée le jour du Jeûne genevois, la baguette en question était mangeable, sans plus. Or, l'aimable grand-père de la rue Caroline ne l'a toujours pas digérée.

Aujourd'hui encore, il n'en revient pas. Comment a-t-il pu accepter de payer ce pain 7 fr. 30? Ça le dépasse! Une chose est sûre pourtant: personne ne l'a obligé à l'acheter. Il pouvait dire non.

Mais bon, à la maison, il y avait les petits-enfants de passage. Ils voulaient croquer une morce avant de partir, en famille, à un mariage en Italie. Bonne pâte, le «Nonno» s'est donc rendu à l'épicerie d'en face, ouverte en ce jour férié.

La loi de l'offre et de la demande étant ce qu'elle est, on lui a fait payer le prix fort. Il n'a pas bronché. Sa femme, elle, a piqué la mouche. Et les voisins du quartier l'ont traité de fou. Le ticket de caisse, pour aller protester? Il n'en a pas. Se serait-il trompé sur le montant? Non. Il n'a simplement pas réalisé ce qui se passait. Après, il n'a pas voulu faire de scandale.

Dommage. Car depuis jeudi, ce pain l'indispose. Il aurait mieux fait de jeûner...

09:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.