23/09/2010

Une Genève de carte postale

C'est une manif, sur le pont du Mont-Blanc? Depuis les quais, on aperçoit des grappes de gens près d'une hampe. Un drapeau blanc en descend, un bleu est hissé. Une commémoration, peut-être? Je presse le pas. C'est terrible d'être si curieuse...

Mais rien à voir, circulez! Ce sont deux employés qui changent le pavoisement du pont. Et des touristes qui font du sur-place, souriants, détendus, en ce splendide dernier matin d'été. Ces estivants babillent dans une langue inconnue, le visage tendu vers le large. Un coup d'oeil parfois à la montre. Il attendent. Quoi, au juste?

Je pose la question. Avec les mains. La réponse est limpide: l'index de la dame pointe droit vers le ciel en montant et revient en direction de sa toquante. Elle fait ensuite dix, de ses dix doigts.

Bon Dieu, mais c'est bien sûr! Tous ces badauds guettent la sortie du Jet d'eau. Alors je fais pareil. J'attends avec eux. Pourvu qu'il soit à l'heure. Bingo! A 10 h pile, un grand "oh" d'admiration s'élève du groupe. La colonne d'eau a surgi. Quel panache, ensuite. Et ça filme, et ça mitraille à plein régime. Ceux qui se contentent de voir la scène sont comme des gamins, émerveillés. Moi aussi.

La dame au petit chignon me fait voir la montée du Jet d'eau dans son caméscope. Elle est ravie de partager avec l'autochtone ses prises de vue.Wouaw! Que c'est beau, Genève, en carte postale.

En vrai aussi, il faut le dire. Il suffit un instant d'oublier tout ce qui fâche. C'est possible. Et admirer la rade, un beau jour d'été, avec des yeux nouveaux. Ca vous recharge les batteries illico.

11:35 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.