01/11/2010

Une tête au carré

 

Si je le croise, je lui fais une tête au carré. Enfin, façon de dire, je n'ai pas pour habitude de molester les messieurs dans la rue. Mais tout de même, il y a des mufles, dans cette ville!

Janine m'a conté l'histoire survenue dernièrement à une de ses parentes. Une personne plus toute jeune, qui avait rendez-vous chez son dentiste dans le quartier de Rive.

En sortant de chez lui, la dame n'est pas tout à fait dans son assiette. Des relents d'anesthésie, peut-être. A moins qu'elle n'ait eu des troubles de la vision. Toujours est-il qu'en sortant de l'immeuble, elle ne voit pas la vitre de l'allée et rentre dedans, la tête en avant.

Le choc est rude. La septuagénaire est totalement groggy et saigne abondamment du nez. Elle s'adosse un moment contre un mur pour se ressaisir. Personne dans la rue ne semble s'émouvoir outre mesure de l'accident. Arrive alors tout près de la blessée un homme d'une quarantaine d'années, bon chic bon genre.

La parente de Janine lui demande de l'aide. Voici texto la réponse, qui est restée gravée dans sa mémoire: «Espèce de conasse, tu n'avais qu'à faire attention!» Et il tourne les talons. Vous remarquerez le tutoiement facile, le vocabulaire fleuri pour parler à une dame aux cheveux blancs qui ne va pas bien du tout. Un mufle, un vrai!

C'est finalement une jeune fille étrangère qui lui a porté secours. Merci à elle. Parce que le Genevois BCBG, il peut toujours aller se rhabiller!

09:35 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Il y a deux ans, lors d'une patrouille motorisée à l'avenue Trenbley, nous avons été arrêté par un passant car une personne âgée avait fait une chute. Nous avons été mis en présence d'un vieux monsieur, comlpètement désorienté, qui avait perdu l'équilibre en descendant du trottoir et saignait d'une arcade.

Souffrant d'alzheimer, cet homme a été incapable de nous fournir une identité ou une adresse. Comme à quelques centaines de mètres de là, se trouvait la clinique de Jolimont, nous avons décidé de nous y rendre pour faire soigner la blessure au front et essayer de retrouver le domicile du malheureux.

La charmante réceptionniste a immédiatement appelé une infirmière et avec l'aide de son accès internet, nous avons pu retrouver l'adresse du monsieur.

Quelques minutes plus tard, elle était gênée de nous informer que l'infirmière ne donnerait aucun soin à notre homme, ne sachant qui allait prendre en charge le coût des soins.

Écrit par : Clyde | 01/11/2010

Les commentaires sont fermés.