03/11/2010

Un brin de souplesse...

La souplesse, ce n'est pas leur fort, aux chauffeurs de taxi. Enfin, je m'en voudrais de généraliser. J'en connais aussi des extras, serviables, bavards mais pas trop et débrouilles comme tout. Oui, certains chauffeurs sont sympas.

Mais pas celui de l'aéroport, qui a dit niet à une course dimanche dernier, en fin d'après-midi. Il avait pourtant devant lui une femme avec ses deux enfants de 4 et 6 ans, qui s'en revenaient de vacances. La Tunisie, sa chaleur, ses habitants si accueillants...

L'homme qui patiente derrière son volant n'est pas Tunisien, à l'évidence. La mère de famille lui demande de les conduire au Petit-Saconnex, avec valises et sacs à dos. Refus net du monsieur. Motif avancé? Il n'a pas de rehausseur de siège pour enfants, comme exigé par la loi. Donc pas de transport.

Alors là, permettez qu'on s'insurge! Elle fait quoi, la maman, avec ses deux poussins et ses bagages? Elle descend en ville en train pour reprendre un autre bus qui la poussera à la maison? Elle fait du stop avec tout son barda? Elle vitupère contre le manque de souplesse du chauffeur de taxi?

D'ailleurs, pourquoi n'y a-t-il pas à l'aéroport un local où entreposer des sièges pour enfants? Ça doit arriver tous les jours, des scènes aussi absurdes.

La vacancière, de retour sur le plancher des vaches, s'est mise en route avec ses petits. Ils sont rentrés à pied à la maison. Ce n'est pas le bout du monde, mais ça leur a pris des plombes.

Genève, terre d'accueil. Tu parles!

10:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.