19/01/2011

Allô taxi? On est en rade...

Quand on nous explique, on comprend. Autrement, on s'énerve. La preuve? La veille de Noël, Janine et sa tante de 86 ans prennent un taxi pour aller casser la graine à Ferney-Voltaire. Elle règle la course en liquide et se renseigne auprès du chauffeur de Taxi-Phone. Doit-elle contacter la centrale pour le retour?

Oui Madame. Il oublie juste de préciser un détail. Et quand Janine commande un véhicule pour rentrer à Genève, elle n'en croit pas ses oreilles: le standardiste lui demande si elle a une carte de crédit. Elle n'en possède pas. Alors niet, pas de taxi! Et d'expliquer que ce sésame sert de garantie pour une course depuis la France.

Janine est furieuse. La voilà en rade avec une personne âgée qui ne peut pas marcher. Et il neige, pour couronner le tout. Mais bon, Ferney-Voltaire, ce n'est pas la rase campagne. Le patron du restaurant appelle alors un taxi pour les dames auprès d'une autre compagnie genevoise, et tout rendre dans l'ordre.

Alors? Ben oui, c'est embêtant pour elles, constate le boss de Taxi-Phone. Mais il n'a pas trouvé meilleur système pour protéger ses chauffeurs des fausses courses. Trop souvent, ils se déplacent loin à la ronde pour répondre à une demande. Or à leur arrivée, le client a déjà grimpé dans un autre véhicule. Il  a héhé le premier taxi qui passait par là, et en voiture Simone.

Depuis deux ans, cette société exige donc une carte de crédit pour s'assurer que la commande passée depuis la France voisine est sérieuse. Voilà. Il suffisait de le savoir. Car quand on nous explique, on comprend. Et on ne s'énerve plus...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

C'est drôle il y avait quasiment la même histoire il y a trois semaines dans la Tribune de Genève, mais du côté du pays de Vaud.

J'ai eu le même problème avec ma femme, en voulant rentrer du Vitam' Parc après le dernier bus (qui pars très très très tôt!). St. Julien n'a jamais semblé aussi loin de Genève. Aucun français disponible dans tous le bassin du Genevois et aucun taxi suisse sans carte de crédit. Nous avons passé la nuit à l'hôtel pour rentrer le lendemain, tout frais et tout reposés!

Écrit par : Yannick | 19/01/2011

Les commentaires sont fermés.