30/03/2011

Nom d'un chien...

Elle a la rage, Christine! Cette propriétaire d'un toutou tout chou vient d'apprendre qu'elle risque une amende de 500 francs. Elle serait «hors la loi». Or, il lui semblait avoir tout fait juste!

Il y a plus de deux ans, elle achète un Cairn terrier dans un élevage en France. La race n'est pas interdite en Suisse. Mais il n'y a aucun éleveur dans la région qui vend ces chiens un brin pot de colle et de bonne composition.

Christine possède donc le contrat de vente de sa charmante boule de poils et le passeport de l'Union européenne qui lui correspond. Comme elle habite à deux pas de la frontière, c'est un vétérinaire français qui suit l'animal.

L'automne dernier, elle fait suivre à son toutou les quatre heures d'éducation canine obligatoires. Pour faire les choses en ordre, l'éducateur remet au service du vétérinaire cantonal le numéro de la puce électronique française du petit chien.

Pique-t-elle trop fort? Ou pas assez? Toujours est-il que cette satanée puce est introuvable par l'autorité genevoise. Après plusieurs coups de fil, il s'avère que seul un vétérinaire bien de chez nous peut contrôler la petite bête électronique et le passeport délivré par les Français. Encore fallait-il le savoir.

Christine risque donc une amende salée alors qu'elle paye déjà les impôts, la médaille, les cours pour son chien et qu'elle ramasse les crottes de son protégé dans la rue. Trop, c'est trop!

Paraît que nul n'est censé ignorer la loi. Mais quand on voit les quatre pages parues lundi dernier dans la Feuille d'avis officielle sous le titre «Loi sur les chiens», on se dit que leurs propriétaires ont décidément du souci à se faire...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.