28/04/2011

Les piafs ont soif

«S'il faut faire des économies, qu'on coupe le Jet d'eau, pas les fontaines!» Ce cri du cœur est lancé par une amoureuse des oiseaux. C'est quoi le rapport, me direz-vous? Celui-là: les volatiles des villes ont soif, en ces temps de sécheresse. Pas une goutte de pluie, pas un reste de flaque à se glisser dans le bec. Et les fontaines sont à sec, pour la plupart d'entre elles.

En pleine période de nidification, une telle carence en eau peut se révéler néfaste pour les moineaux et ce qui reste de pigeons. D'où cet appel citoyen à entreprendre quelque chose avant que cela ne devienne trop grave.

Cette dame propose à qui veut bien le faire de poser des barquettes de fruits vides à l'intérieur des bassins, là où piafs et roucouleurs ont l'habitude de venir se désaltérer, puis de remplir ces récipients d'eau. Faute de mieux.

Une fausse bonne idée, dit-on du côté du centre ornithologique genevois. Pour bien faire, il faudrait assurer le service deux fois par jour. Car qui dit eau dit aussi baignade. Si les oiseaux font trempette dans ces coupelles, la flotte sera souillée et les maladies se propageront à toute allure.

Alors, comment faire pour bien faire? Laisser les oiseaux se dépatouiller tout seuls? Il y a dans le canton pas mal de points d'eau naturels, ça devrait jouer. Ouvrir enfin les robinets publics? Ce sera bientôt chose faite.

Si la mise en eau des fontaines de la cité a une quinzaine de jours de retard, (la faute aux Fêtes de Pâques, et non à des coupes budgétaires), tout sera réglé d'ici dix jours. D'ailleurs, ça glougloute déjà dans soixante bassins. Les piafs ne vont donc pas mourir de soif. Le Jet d'eau non plus...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Heureusement que la majorité des citoyens ont oublié que piaf était le surnom que l'on donnait aux capiani...grrr ! les Italiens.

Écrit par : Hypolithe | 29/04/2011

Les commentaires sont fermés.