27/05/2011

Duplicata, c'est la cata

Mieux vaut prévenir que guérir. Parce que dans le cas présent, il n'y a pas de guérison possible, semble-t-il.

Or donc, si vous possédez un abonnement mensuel des CFF, ne le perdez jamais. Car vous ne pourrez pas obtenir un duplicata officiel de ce document auprès de la compagnie.

Audrey vient d'en faire l'expérience, et c'est peu dire que ça l'énerve. Depuis 8 ans, elle achète son abonnement mensuel de parcours Nyon-Genève. Et voilà qu'elle le perd! Elle s'en rend compte dans le train lors d'un contrôle de routine. Pas de souci, lui dit l'aimable employé. Grâce à la petite machine qu'il trimballe toujours sur lui, il peut vérifier que la passagère dit juste, et que son abonnement est bien valable jusqu'au 8 juin.

Le contrôleur conseille à Audrey de passer à la gare de Genève pour obtenir un duplicata de ce précieux papier. Au guichet, c'est une autre chanson. Non, on ne fournit pas ce type de prestation. C'est un «privilège» réservé aux seuls clients ayant l'abonnement général.

La fidèle usagère des CFF sent la moutarde lui monter au nez. On lui dit alors de contacter le service clientèle, ce qu'elle fait. Mais la réponse peut prendre une semaine. En l'attendant, la pendulaire n'a pas intérêt à faire ses trajets sans titre de transport, en demandant au contrôleur de vérifier l'existence de son abonnement dans sa petite machine. Elle serait amendable.

A moins que les CFF ne fassent exceptionnellement «un geste commercial», Audrey devra donc racheter un abonnement à 160  francs. Promis juré, elle en fera une photocopie, à titre préventif!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.