30/06/2011

Vocation contrariée

Tous ceux qui fréquentent de près des adolescents vous le diront: ce n'est pas tous les jours facile. Pour eux comme pour nous. Alors, s'ils trouvent un but dans la vie, une formation qui les motive, il faut les soutenir. Et pas leur mettre le bâton dans les roues.

Jéremy a 16 ans et aime cuisiner. Il a donc fait récemment un stage dans un restaurant genevois, Le Miremont, une bonne table de Champel où officie Thierry Pellerin, un amoureux fou du chocolat qui a vingt ans de métier et un cœur gros comme ça.

Entre l'adolescent et lui, le courant passe. A tel point que le chef est prêt à le prendre en apprentissage. Pas seulement pour le former, mais aussi pour lui transmettre sa passion. Le jeune, ça le stimule, forcément. Tous les employeurs ne sont pas aussi généreux de leur personne.

Mais voilà. Ce chef français possède un certificat qui n'est pas reconnu par la nouvelle loi fédérale permettant à un patron de former un apprenti. Du coup, c'est le niet de l'Office de l'orientation professionnelle. Pas de dérogation possible. Trouvez autre chose.

Le chef, ça le désole, parce qu'un tel refus risque de couper net la vocation de ce jeune. Le principal intéressé, on ne dit pas sa déception. Il se consolera en faisant un job d'été dans les cuisines du Miremont. Mais le père de Jéremy, ça le révolte carrément. Il a cherché sans succès d'autres places d'apprentissage de cuisinier pour son fils.

Alors il va faire quoi, son ado, à la rentrée? Traîner dans les rues? Non. Il continuera l'école, en attendant mieux. Mais faudra pas s'étonner s'il manque de motivation.

08:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

C'est bien triste pour ce jeune homme on comprend sa déceptions surtout quand on sait le nombre de personnes engagées pour certaines professions qui exigent plusieurs années d'études et ne possédant qu'un certificat de cours par correspondance,oui c'est décourageant pour lui et pour d'autres jeunes qui doivent se sentir bien seuls et peut-être rejetés espérons qu'il n'éprouve pas ce qu'on peut ressentir en lisant l'article, le sentiment abject d'être rejeté tout simplement !mais nous sommes dans le monde des gens jetés comme des chaussettes qu'on soit jeunes ou vieux et cela ne s'est pas arrangé depuis 2000,bien au contraire,triste monde triste réalité remplis de fausses et vaines promesses

Écrit par : lovsmeralda | 30/06/2011

Braves suisses... Dommage qu'ils ne soient pas aussi fins que leur chocolat.

Écrit par : Mirofribas | 30/06/2011

"La loi, c'est la loi." Loi absurde appliquée par des personnes bornées, en l'occurrence! Quel dommage pour ce jeune homme! J'imagine sa déception, celle du
chef et de ses proches. Cette décision aveugle ne peut que révolter un adolescent qui se sent trahi. Et une trahison, à cet âge surtout, c'est grave.

Écrit par : Kissa | 30/06/2011

Les commentaires sont fermés.