24/08/2011

Genève, ville d'eau

J'ai craqué, je vous l'avoue. Alors que je mitonnais sagement une encre dans mon bureau transformé en étuve, une folle envie d'eau m'a pris. D'eau vive, fraîche et revigorante.

J'ai donc filé droit au Rhône. Là où convergent, depuis cet été, les amateurs de baignades sportives. Bon, je n'ai pas plongé du Pont Sous-Terre, pour faire comme tous ces jeunes. Plus pour moi, cette plaisanterie. Tant qu'à faire, autant utiliser les pontons tout neufs pour accéder au fleuve. Et hop, c'est parti... Trop bien!

Mais gare au courant: ça déménage. Le Rhône charrie des nageurs filant à bonne allure dans le paysage, des chambres à air géantes où se vautrent des baigneurs et de frêles embarcations. Une balançoire a été bricolée dans un arbre pour se jeter au jus, façon Tarzan. Longtemps interdit de baignade, le fleuve est ainsi devenu un magnifique espace de jeux aquatiques. Pourvu que ça dure...

Toute une vie s'est développée sur les berges. Décontractés, des gens déambulent en maillots de bain le long du sentier des Saules pour revenir à leur point de départ. D'autres bronzent, piquent niquent, papotent, parfois gênés par les relents des déjections canines. Il y a foule. «Ici, le samedi, c'est comme dans les Rues Basses...» glisse une habituée qui regrette la quiétude d'avant.

Reste qu'avec ces accès facilités au Rhône, les habitants de Genève commencent enfin à entretenir un meilleur rapport à l'eau, comme il se vit déjà à Berne ou à Zurich. Ne manque plus que la plage des Eaux-Vives pour parfaire le tableau. Au fait, elle sera prête pour quand, cette plage?

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ils piquent et ils niquent ou ils pique-niquent ?

Écrit par : Jackie | 24/08/2011

Les commentaires sont fermés.