17/09/2011

Car-jacking en sous-sol

Il allait à la messe, il a fini au poste. Entre ces deux extrêmes, une sombre histoire de violence. La victime? Un monsieur de 82 ans. Moche!

On l'appellera Robert. Dimanche dernier, il se rend à l'église Notre Dame et laisse sa voiture au parking Cornavin pour aller prier en paix. La messe dite, il retourne au garage souterrain, paye son dû à la caisse et prend l'ascenseur.

Il n'est pas seul. Dans cet espace confiné se trouve un homme «bizarre». Qui s'arrête au même étage que lui. Et qui le suit discrètement.

Sans se méfier, le conducteur ouvre la portière de sa Ford, dépose son ticket de sortie sur le tableau de bord et s'installe au volant. Il est alors éjecté du véhicule et jeté au sol sans ménagement par le malfrat. Qui file avec la voiture.

On appelle ça un car-jacking, et cela devient presque banal, de nos jours et nos nuits. Sauf que pour Robert, c'est une première. Ça le laisse groggy, le coude tout amoché, des bleus à l'âme. Et personne pour lui porter secours.

Il rassemble pourtant ses esprits et s'en va porter plainte au poste de police voisin, où on lui a fait les premiers soins. Avant la permanence médicale.

La dame âgée qui me raconte la scène au téléphone en a la voix qui tremble encore d'indignation. On la comprend. Où est Genève? s'étrangle-t-elle. Il y a des jours, on se le demande vraiment.

Le fin mot de l'histoire? L'agresseur de Robert s'est finalement fait pincer. A Saint-Gall. Avec la voiture volée, qui ne semble pas endommagée. Comme quoi ça fonctionne plutôt bien, entre les polices cantonales. Pas besoin d'aller à New York pour savoir comment procéder!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Quelle horrible histoire ! pauvre monsieur !

Je pense souvent aux personnes âgées qui, non seulement, vivent souvent avec trop peu, mais
en plus qui ne peuvent plus se défendre et se retrouver dans ce nouveau monde sans pitié.

Et la TSR n'en parle pas ? à quoi ça sert d'avoir un journal télévisé qui ne parle que de leurs
sélections orientées, alors qu'ici, on ne sait pas qu'on doit réapprendre à vivre...

Écrit par : kenosha | 17/09/2011

Ca suffit!

Il y a des mesures d'urgence à prendre. Sinon il est à craindre que les citoyens vont faire la justice eux-mêmes.

Écrit par : Johann | 18/09/2011

Comme quoi tout n'est peut-être pas rose au pays des EMS ,mais à comparer ce qui se passe très souvent au détriment des personnes âgées vivant seules et à domicile la personne sensée raisonner intelligemment aura tout de suite su faire la différence entre ce qui se vit au quotidien loin des yeux de tous souvent entre les mains de malfrats et qui non soutenues comme ce Monsieur doivent affronter des situations bien plus malheureuses que celles montrées par la TSR,en EMS elles sont encadrées bien entendu il peut y avoir des gestes ou paroles déplacées mais en contrepartie ceux qui se plaignent très souvent sont des gens de la famille qui pour certains parlent pour masquer leur propre culpabilité à ne pouvoir s'occuper eux-mêmes des leurs,réflexe d'auto-défense ou pour d'autres ayant eu le courage de la bassesse de giffler leurs parents,tout n'est pas jojo au pays dit du 3me âge vivant à domicile et encore moins pour celui du 4me âge

Écrit par : lovsmeralda | 18/09/2011

Les commentaires sont fermés.