31/10/2011

Pas de vin genevois

Deux couples de vignerons genevois descendent en ville faire une petite balade. Il fait beau, l'air est doux, la rade toujours aussi séduisante. Et si on allait prendre un verre? Ils choisissent la terrasse du restaurant Le Lacustre, près de l'arrêt des Mouettes genevoises, pour prolonger encore le plaisir.

Tandis que les dames optent pour un thé, ce sera un petit coup de blanc pour les messieurs. On ne se refait pas.

«Vous nous mettrez trois décis», disent-ils au garçon. «Plutôt pinot gris ou chardonnay?» «Ça dépend, il vient de chez quel vigneron?» se renseigne Guy, qui aime savoir ce qu'il boit.

Et là, mauvaise surprise. Le serveur répond qu'il ne sert que du vin italien. L'homme du Mandement s'étrangle. «Quoi? Vous ne servez pas ici de vin genevois?» «Non Monsieur, il est trop cher!» répond tout à trac l'employé. Ce que le principal intéressé dément avec vigueur. Faudrait pas raconter n'importe quoi. Par dépit, et parce que la conversation lui a donné un peu soif, il commande 3 dl de pinot gris italien (plat et sans prétention, à ses dires.)

L'addition, elle, lui laisse un goût particulièrement amer: 7 francs de déci! Alors que le ballon de vin du terroir est généralement vendu dans les restaurants entre 2.90 et 4 francs le dl. Cherchez l'erreur!

Mais ce qui énerve plus encore notre vigneron, c'est que l'établissement appartienne à la Ville de Genève. Où l'on est censé donner priorité aux produits du cru. Or, à l'évidence, on y prend de piètres vins transalpins, bon marché à l'achat, pour réaliser ainsi un maximum de profit. Trop cher, le vin genevois? Faut pas charrier!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Heu...... Papa Salerno est de quelle origine déjà ???

Écrit par : Cramia | 31/10/2011

Le restaurant n'appartient pas à la Ville de Genève, c'est la Ville de Genève qui a signé un bail avec le restaurant qui appartient au même groupe que les Molino.

Après, c'est un restaurant italien (pas formidable mais correct), donc c'est assez compréhensible que le restaurateur serve du vin italien...

Écrit par : Amusé | 31/10/2011

Très bon coup de sang Julie !

Ras le bol de ces restaurants "hors sol" du centre ville qui ne connaissent rien de la culture vinicole et gastronomique genevoise et romande et qui ne s'y intéressent même pas !

Ras le bol de se faire proposer à des prix exorbitants de la piquette transalpine, espagnole ou française !

Ras le bol de s'entendre systématiquement proposer, pour ne pas dire imposer, lorsque l'on opte pour de l'eau minérale : "San Pellegrino" ...

Ras le bol de ces marchands de soupes intéressés par leur seul profit !

Genève ton image et ta culture foutent le camp !

Et maintenant que "la Mère Salerno" veut faire dégommer "Le Père Glôzu" de l'Hôtel-de-Ville, où va-t-on emmener nos visites pour déguster des spécialités régionales dans un cadre sympathique ?

Quid de l'avenir des Longeoles et du gratin de cardons ?

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 31/10/2011

Il ne restera pluque que les restos de la campagne genevoise pour deguster des spècialités du canton.Genève ville ta gastronomie se transforme en marchands de soupes.C'est bien triste.

Écrit par : Chauffat Albert | 31/10/2011

7 balles le ballon pour un pinard vendu chez Aldi à 18 frans les 6 bouteilles ! Joli profit ! Les vins genevois doivent êtres obligatoirement vendus dans les cafés et restaurants de tout le canton. Trouvez-vous autre chose que du vin vaudois dans le canton de Vaud ? ou autre vin que du valaisan en Valais ? L'Etat doit intervenir et la Ville également même si Salerno n'est pas intégrée !

Écrit par : octave vairgebel | 31/10/2011

Les commentaires sont fermés.