10/11/2011

Criquet à croquer

Le choc des cultures!

"Insectemania" anime ces jours-ci le centre commercial Planète Charmilles. L'exposition rassemble 3500 insectes, dont le phasme le plus balèze de la terre. On y voit aussi 3000 papillons, pas tous morts et épinglés sur des planches: certains papillonnent même dans une serre. Jusque-là, tout va bien!

Mais Silla, une habituée des lieux, tique soudain. Une dégustation d'insectes est proposée sur place tous les jours, à l'heure de l'apéro et du goûter. Tu parles d'une mise en bouche!

Pour cette croque sur le pouce, un naturaliste a mis sur la table un appareil de cuisson, quelques assiettes et même des verres. Ça aide à faire glisser les pattes qui chatouillent dans le gosier?

«Manger des insectes ne fait pas partie de notre culture» estime Silla, choquée par ce type d'action. «Nous essayons d'enseigner le respect de la nature aux enfants et là, après avoir regardé ces insectes, ils seraient bons à être cuits vivants sous leurs yeux?» Ceci l'écœure au plus au point.

Pourtant, la dégustation n'est pas faite pour choquer à tout prix. Elle aurait plutôt pour but d'initier le public à d'autres réalités. Si l'on ne tombe pas dans le panneau, mais qu'on le lit, on apprend que les insectes sont des protéines sur pattes! Plus petits que les bœufs, certes, mais formant néanmoins une nourriture abondante et pas chère pour une bonne partie de l'humanité.

D'ailleurs, les insectes sont délicieux, vante la publicité, qu'ils soient crus, cuits, frits, grillés, séchés, bouillis. Salés ou sucrés. Pourquoi pas, après tout.

Alors, vous prendrez bien un petit ver, sans doute? Euh...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

...Mais cette dame Silla, elle est végétalienne, au moins? Parce que, les vaches, vaux et poulets, on les tue aussi avant de les manger.....

Écrit par : Lulu Berlue | 10/11/2011

heu....veaux, bien sûr....

Écrit par : Lulu Berlue | 10/11/2011

Voilà une excellente façon de lutter contre les parasites citadins, les cafards dans les cuisines.

Chaque année, la régie machin nous informe qu'elle envoie un technicien pour venir traiter les recoins de notre misérable logis (immeuble datant des années 50 et pas très très salubre, les conduits d'aération "salle de bains" et "cuisine" sont d'un glauque à faire pâlir les pires extra-terrestres.

Bref : ces petites bêtes qu'on voit fuir en un clin d'oeil lorsqu'on allume brusquement la lumière dans la cuisine, seraient-elles comestibles?

Commes ces fameux "roumillas" (prononcez "rou-mi-yasse") de la course autour du monde des années 70, nos héros (PPR entre-autres) qui, en passant à travers l'Amérique du Sud, goûtaient à ces spécialités vivantes en Bolivie ou Colombie ou Pérou ou je ne sais plus où?

Parce que si c'est le cas, alors fini le technicien de la régie trucmuche et sa substance comme un gel bleuâtre fabriqué par Monsanto ou Novartis ou Bayer, et hop, les cafards : à la casserole!

Écrit par : DdT | 10/11/2011

Les commentaires sont fermés.