22/11/2011

Cherchez l'erreur

Il faisait doux dimanche. Un temps à ramasser les feuilles mortes, tout à la force du poignet, sans enquiquiner le voisinage à grands coups de souffleuse.

Hélas, pour un jardinier du dimanche, l'affaire a mal tourné. Après avoir fermé sa maison à double tour (on n'est jamais assez prudent), il a caché la clé. Mais il devait être observé. Car tandis qu'il ratissait son jardin, un intrus a pénétré chez lui et a coupé toutes les connections téléphoniques pour cambrioler en paix. Puis le hasard a voulu que ces deux-là se retrouvent nez à nez devant la porte de la villa. Pour se dégager, le malfrat a bousculé le propriétaire des lieux. Ce qui l'a passablement secoué!

Impossible pourtant d'appeler la police! Tout est hors service chez lui. Il va donc frapper à la porte de son voisin pour lui demander de composer le 117. Ce qu'il fait. La communication est transférée à la police judiciaire. Et là, surprise: au lieu d'être à l'écoute, le préposé répond sèchement au voisin bienveillant que la police n'a pas à réagir à cet appel. Il doit provenir de la personne lésée. Et d'elle seule. Glups!

Alors question: si l'on est gravement blessé, ou dans l'incapacité de faire un numéro, ou totalement dans les choux, on fait quoi? On attend sagement que Zorro arrive? Tout seul, spontanément? Si ce n'est pas du refus d'assistance...

Le salut est finalement venu de la fille du voisin. Elle a pris son natel et s'en est allée avec la victime du cambriolage dans sa maison. De là, ils ont refait les mêmes démarches. Simple, non?

La police a fini par arriver, après vérifications d'usage, pour constater qu'elle ne s'était pas déplacée pour rien. Même si c'était dimanche, et qu'il faisait doux.

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

On arrete pas le progret....encore heureux qu'ils n'ont pas dû composer le 1 en cas d'urgence et attendre qu'on veille bien répondre ....

Écrit par : mARIE | 23/11/2011

Les commentaires sont fermés.