24/12/2011

La Thune, c'est Noël!!!

«Avec la crise, tu verras: t'auras bien moins de sous pour la Thune du Cœur.» On me l'a dit et répété sur tous les tons pendant ce mois de décembre. Un truc à m'en faire des cheveux gris souci.

Eh bien ils avaient tout faux, ces oiseaux de mauvais augure. Car on a fait mieux qu'en 2010. Si si!

C'est la crise, certes. La méchante, celle qui n'a pas encore dit son dernier mot. Mais les gens d'ici ont le cœur sur la main. Ils donnent volontiers pour la Thune. Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie (et même pas du tout, parfois, mais c'est une autre histoire...)

Vendredi, après avoir accueilli les bénéficiaires de la Thune (voir page 13), fait les derniers rouleaux de monnaie, changé les rouleaux en billets et déposé ces liasses multicolores à la poste, j'ai pris la calculette. Et j'ai comparé avec mon carnet à lait, où tout est consigné.

La Thune affichait 61 089 francs. Vous imaginez? Mercredi on en était à 45 000 francs. Fortiche, le Jules! Il a mis les bouchées triples pour grossir tant et plus. Et il a de quoi ruper dans les jours à venir: les versements arrivent toujours avec une belle régularité sur le ccp 17-59779-1 et les gens passent encore déposer des sous à la réception. C'est pourquoi nous terminerons la Thune 2011 au réveillon.

Le montant de 61 089 francs vaut donc pour Noël. C'est une sacrée belle démonstration de solidarité et de chaleur humaine. Allez, je vous fais la bise, vous avez été formidables!

Je profite parce que là, tout soudain, on va me clouer le bec. Je serai privée d'encre bleue pendant deux semaines. Place aux rétrospectives. Alors joyeux Noël à tous et à l'année prochaine, si tout va bien. 2012? Même pas peur!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

23/12/2011

Déferlante de thunes

Venez gaver Jules! Suffisait de le dire...

Ce fut donc la déferlante de thunes, hier. Pour peu, je faisais nocturne à la Tribune.

Branchés solidarité depuis belle lurette, les salariés des SIG ont filé jeudi une bonne dose d'énergie à Jules. Ça plane pour lui! D'autant que José, le chef de réception de l'Hôtel Bristol, lui a remis peu après le joli montant récolté par les employés de son établissement. Même pas pu le saluer: je devais être à la cave. Car avant lui, il y a eu livraison de bouteilles... De bouteilles pleines de pièces, pardi!

Alors la machine à trier a trié ces montagnes de monnaie contenues dans des fiasques, des sachets, des enveloppes. Et même dans cette jolie boîte en forme de cœur remplie par Georges. Merci à lui et à Olivier, fidèle parmi les fidèles, qui a fait un saut pour apporter sa généreuse participation à la Thune.

Et puis j'ai filé au Service cantonal des objets trouvés prendre le café avec Frédéric qui m'a remis l'argent glissé par les clients dans les tirelires postées aux guichets. Encore merci! Ai juste eu le temps, au retour, d'ouvrir le courrier pour découvrir ces mots touchants de Monique «Ma contribution de retraitée solitaire est petite, mais elle vient du plus profond de mon cœur!»

Vite, encore un coup d'œil sur le ccp 17-59779-1. Ça monte, c'est extra!!! Je vous dirai tout demain, après la remise de la Thune du Cœur à Partage, aux Colis du Cœur et à Carrefour rue.

Vous m'excuserez, avec tout ça, de n'avoir pas encore répondu à chacun. Ça viendra. Mais là, on m'appelle: un sac de monnaie pour Jules! Ce sera donc nocturne à la Tribune pour la Thune...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

22/12/2011

Venez tous gaver Jules!

Allez hop, encore un petit effort pour la Thune du Cœur!

Oui il pleut, il y a des embouteillages en ville et les TPG ne sont plus ce qu'ils étaient. Mais tout de même. N'oubliez pas de venir gaver le beau Jules qui trône à la réception! Il vous attend...

Ce n'est pas qu'il crie famine, loin de là. Mais il aime bien la compagnie. Et vous êtes toujours plus nombreux à préférer le virement postal au déplacement rue des Rois. Je peux comprendre: ça limite les risques de se faire arracher son sac ou de se prendre la tête. Mais avec le ccp (17-59779-1, si jamais!) j'ai toujours un brin de retard. A l'addition, vous comprenez.

Mercredi, le compteur affichait 45 000 francs et des poussières. C'est pas mal du tout. Mais on va faire d'avantage, je le sens!

Un immense merci à tous ceux qui ont déjà participé à cette Thune 2011. Les anonymes, les timides, les drôles, les familles, les groupes. C'est d'ailleurs fou la variété des cercles et des gens qui se mobilisent pour elle.

Les membres de la loge Cordialité et Vérité ont ainsi fait un geste, lors de la Saint-Jean d'hiver. Les joueurs du club de bridge de Vandœuvres ont fait de même. Comme les sportives de la gym féminine de Saint-Jean-Cayla, les artistes de l'atelier Décoran de Vésenaz, les clients du Salon de la Bougie et tant d'autres adorables donateurs.

Le nourrain a encore été nourri par les biscuits des pensionnaires de l'EMS la Vendée, bisou à eux! Et puis les amis du Tea-room du Petit Bel-Air ont vidé à nouveau leurs poches pour Jules. Les copains du «Renversé» et sa patronne «Miou Miou» ont fait pareil. Et ce n'est pas fini. Allez, hop hop hop!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

21/12/2011

Nez rouge avant l'heure

En voilà une qui m'en bouche un coin! Edith me raconte que son fils est sorti samedi soir faire la fête avec des copains. Faut dire qu'il est sous les drapeaux le reste de la semaine...

Le jeune homme boit alors jusqu'à plus soif. A tel point que le lendemain, il ne sait pas comment diable il a pu rentrer chez lui. En ayant, en plus, perdu son portable. Mère et fils refont le chemin pour tenter de le retrouver. Après avoir battu la campagne dans le grand froid, les idées se font plus claires. Le garçon se souvient: il est rentré en taxi. Sa nuit lui revient au compte-gouttes. Hips!

Oui, c'est ça: le chauffeur l'a hissé à la Jonction dans sa Mercedes noire, à l'intérieur en cuir. Puis il a conduit le jeune sur Soleure à Soral, zigzaguant entre les travaux. Et l'a déposé devant la maison, ivre de bonheur, sans lui faire payer la course. Le garçon n'avait pas assez d'argent. C'est pas gentil, ce Nez rouge avant l'heure?

Elisabeth est prête à régler son dû à ce charmant chauffeur, s'il se reconnaît ici. Qu'il s'annonce, je ferai suivre.

D'autres nez rouges, mais de froid, cette fois-ci. Car ils se gèlent, les locataires du 1, chemin du Champ-Baron. La faute à la manie du concierge de laisser toujours ouverte la porte du garage et celle qui conduit à l'allée.

En été, passe encore. Mais en hiver, ce n'est plus tenable. Le froid s'infiltre dans l'immeuble et monte, à la même vitesse que les frais de chauffage. «On est dans une impasse» conclut un locataire désabusé. Car le concierge n'en fait qu'à sa tête, et la régie ne réagit pas. J'essaie à mon tour? Allez, un petit effort, Monsieur le gardien des lieux: fermez-la. La porte,  donc. Sans ça, pas d'étrennes, non mais!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

20/12/2011

Hippopotame sous la neige

Un hippopotame de Sibérie, ça n'existe pas. Et pourquoi pas?

La photo prise hier matin au parc d'accueil Pierre Challandes, à Bellevue, nous montre en tout cas le spécimen figé sous un manteau de neige. Nénuphare qu'il s'appelle.

Ce prénom délicat lui a été donné par les visiteurs à son arrivée dans le parc genevois. Et le mastodonte n'a pas bronché. Normal, il est empaillé, le pauvre! Pas comme les laies Marie-Rose et Suzie, toujours en pleine forme, qui envoient à leur cousin Jules un bisou chargé d'oseille. Trop chou!

Pour cette Thune du Cœur 2011, notre suidé préféré s'est encore découvert un nouveau parent du côté de Vernier. Les enfants et les adultes de l'Espace de vie enfantine de Châtelaine-Bourquin ont fabriqué une adorable boule rose aux yeux parés de grands cils. Une dame cochonne, je présume, qui s'est baladée dans les manifestations et les services de l'administration verniolane pour le beau Jules.

Elle vient d'atterrir sur mon bureau où j'ai pratiqué une opération sans anesthésie pour lui vider la panse. J'aurai décidément tout fait, dans ce métier! Comme encore changer les euros, faire des rouleaux de menue monnaie et aller relever les compteurs çà et là.

Car le temps commence à presser: c'est vendredi 23 décembre que nous remettrons le montant de la collecte aux représentants de Partage, des Colis du Cœur et de Carrefour-Rue. Ne pas hésiter à passer à la réception d'ici là, malgré la neige... Même si les dons qui nous parviendront jusqu'au 31 décembre seront pris en compte pour la Thune 2011. Il est toujours de bons retardataires!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

19/12/2011

Chaude ambiance...

Dans les grands magasins, le contraste est saisissant à l'approche de Noël.

La fête est vendue comme une promesse de chaleur humaine, avec des chansons pleines de clochettes, des décors ouatinés et de jolies lumières. Or, les vendeurs sont souvent à cran et les clients totalement stressés. Dans cette ambiance électrique, ça peut vite déraper. Comme samedi en fin d'après-midi.

Catherine attend sa fille vers la sortie de Zara. Sous ses yeux, un responsable de la sécurité aborde un grand jeune homme d'origine africaine. Il doit le suivre pour un contrôle. L'interpellé refuse net. Il n'a rien à se reprocher, dit-il. Le gardien insiste. Nouveau refus.

Très énervé, l'employé tente alors de le fouiller devant tout le monde, mais le jeune ne se laisse pas faire. Surtout lorsque l'autre lui met d'autorité la main dans le pantalon.

Un deuxième employé vient à la rescousse pour tenter d'immobiliser le présumé voleur. Puis un troisième. Et c'est à coups de spray au poivre ou à je ne sais quoi qu'ils mettent leur proie à terre.

Tout le monde alentours déguste, ça pique grave les yeux et le nez. La colère monte chez les clients: Catherine crie que ce n'est pas une manière de traiter les gens! Chaude ambiance.

Là-dessus, la police débarque en force. Ses agents font sortir les copains du suspect pour un contrôle d'identité. Le «sprayé» est emmené. Mais après un quart d'heure, tout le monde est libéré. Avec un mot d'excuse? Pas sûr!

Le jeune homme n'avait pourtant rien volé. Il était juste de sortie avec sa grand-mère et ses amis pour faire des courses en ville... Allez, joyeux Noël!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

17/12/2011

Ode au roi des suidés

La Thune du Cœur ne fait pas seulement parler votre générosité. Elle stimule aussi la créativité! La preuve? Cette ode à Jules, roi des suidés, œuvre d'un anonyme inspiré:

«Allez Julot/Au boulot/Arrête de lire/Pour casser ta tirelire/Te fais pas de soucis/On mettra le prix/Sans prendre aux dents le mors/Reste franco de porc/Aider les autres/C'est l'enfance de lard!» J'adore!

Aider les autres, c'est aussi le souci des membres de la commission sociale du Comité coopératif de Migros Genève. Sensibles aux difficultés que rencontrent nombre de leurs concitoyens, ils ont décidé de faire cette année un don exceptionnel à Jules. Quel don, mazette! Le cochon en rosit de plaisir, tellement ça lui fait du bien. Et vlan, il prend quelques tours de taille en plus!

Ce sacré Jules n'en rate d'ailleurs pas une pour s'arrondir. Les pompiers de Plan-les-Ouates l'ont ainsi gavé de thunes grâce à une quête organisée durant le Noël de la commune. De vrais amours, ces pompiers!

Le glouton a aussi sifflé le vin chaud des immeubles 2 à 10 du boulevard des Promenades, et profité pour faire un clin d'œil complice au concierge et aux locataires. Puis il a englouti les «restes» d'un voyage en Autriche qu'une grande dame lui a apportés. De très beaux restes, ma foi! Mais les petits sablés en forme de cochon, c'est pour moi, na!

Enfin, je ne vous dis pas ce qu'il boulotte sur son ccp 17-59779-1! En fait oui, je vais vous le dire: en additionnant tout ce qui arrive dans sa panse, Jules pèse pour l'heure quelque 38 000 francs. Et ce n'est pas fini!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

16/12/2011

Un Charlot en cadeau

C'est Noël avant l'heure pour plus de 8000 élèves genevois. Par vagues successives, ils déferlent ces jours-ci sur le Victoria Hall pour assister au Ciné-concert de l'Orchestre de la Suisse romande.

Non mais, quels petits veinards, vous ne pouvez pas savoir! Je peux vous en parler, j'y étais. Pas à une des nombreuses représentations scolaires, ce n'est plus de mon âge, mais une publique très familiale.

Imaginez seulement la scène: cinquante musiciens sur le plateau, un écran géant devant l'orgue et puis un chef, Philippe Béran, qui sait partager son amour de la musique avec le plus grand nombre. Tout ça pour quoi? Pour "Les Temps modernes".

Pas besoin, je suppose, de vous faire le résumé du film de Chaplin. Chacun garde en soi une scène culte de ce grand classique du cinéma muet. Ce qui est extraordinaire, ici, c'est d'entendre l'orchestre qui respire en même temps que l'image. Qui colle à ces scènes réglées au millimètre près. Il y a de l'ampleur, du souffle, de l'émotion: la salle en est toute chamboulée.

Ce qui est particulièrement réjouissant, au final, c'est de voir que le comique du bon vieux Charlot fonctionne toujours auprès des enfants. Ils découvrent qu'il n'y a pas forcément besoin d'effets spéciaux pour entrer dans un film, et que ça chavire drôlement de chanter «Smile» alors que l'orchestre joue la partition de Chaplin.

C'est bien de pouvoir offrir pareil cadeau aux élèves de ce canton. Pourvu que ça dure. Car en ce début de XXIe siècle, "les Temps modernes" restent d'une troublante actualité. Mais comme dirait Charlot au final, «on sortira!»

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

15/12/2011

Deux soirées pour Jules aux Artisans

jules thune.pngOui, je sais, vous êtes très sollicités, vos agendas sont pleins à craquer, vous avez déjà la tête sous l'eau. Et pas seulement à cause de la pluie...

Mais si je peux vous donner un conseil, retenez vos soirées de vendredi et samedi prochain. Les 16 et 17 décembre, donc. Et réservez également vos tables à la Brasserie des Artisans (022 301 12 64, route des Jeunes), vous ne le regretterez pas!

Car cet établissement chaleureux propose toutes les fins de semaine des soirées dansantes avec différents orchestres. Tendance rock.

Et les rockers, c'est bien connu, ont le cœur tendre. Si tendre même qu'ils organisent à nouveau deux soirées au profit de la Thune 2011. Yes!Les deux groupes qui se produiront alors, Styl'60 (le 16 dès 21 h 30) et AVS (le 17 dès 21 h) verseront l'intégralité de leur cachet à Jules. Chapeau les artistes! Même le montant des billets de la tombola tombera droit dans la panse de notre goret mignon. C'est pas beau, ça?

En attendant d'aller guincher en fin de semaine aux Artisans, je profite de remercier les fidèles qui roulent toujours pour la Thune: la chorale du Plateau Lancy-Onex et le Club des aînés du Grand-Lancy, qui ont déposé leur collecte à la réception. Sans oublier toutes ces mains qui viennent ici farcir de bon cœur la panse de Jules. Plus tous ces gens, si confiants dans la Poste, qui envoient des coupures de banque, très grosses parfois, dans des lettres qui sentent bon Noël. Et tous ces dons sur le ccp 17-59779-1!

Ça me fait voir la vie en rose...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

14/12/2011

Messages à passer

«Vous ne pouvez pas savoir ce que les aveugles et les mal voyants souffrent à cause des voitures qui se parquent sur les passages piétons», me dit Christian, encore choqué par la lecture de l'encre bleue d'hier.

Il trouve donc la police très sympa d'être venue sonner avant l'aube à la porte d'une jeune femme pour qu'elle déplace sa voiture, ce qui lui a évité la fourrière. «Parce que même à deux heures du matin, les aveugles ont le droit de sortir! Leur chien n'arrive pas à les guider s'il y a un véhicule sur le passage.» Voilà qui est dit.

Huguette aimerait remercier le bon samaritain qui a pris soin d'elle lors de la course de nordic-walking de l'Escalade. Alors qu'elle venait de chuter peu après Veyrier, un spectateur est vite intervenu pour empêcher que les autres participants ne lui marchent dessus. Puis il l'a transportée à la permanence de l'Arve et s'en est allé, en lui demandant de le tenir informé. Hélas, dans l'agitation du moment, Huguette a oublié de lui demander son nom. Si ce samaritain se reconnaît, qu'il me fasse signe. Mais je peux déjà lui dire que sa protégée a une fracture de l'humérus. Vive le sport...

Et bravo aux aînés, s'enthousiasme pour sa part Marie-Madeleine, qui tient à saluer ici la prestation du chœur des aînés de Meyrin La Printanière, fin novembre, à la salle Verchère. Elle a été touchée de voir combien les talents des personnes âgées ont été reconnus et mis en valeur lors de cette soirée. Les jeunes accordéonistes de Châtelaine ont ensuite pris le relais. Quand les aînés et les benjamins marchent main dans la main, ce n'est que du bonheur!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

13/12/2011

Réveil ou fourrière?

Mardi dernier, Lila rentre du travail à deux heures du matin dans sa petite Corsa. Plus un endroit où se garer près de chez elle. Il y a déjà des voitures sur les trottoirs, sur les lignes jaunes, devant l'entrée de son immeuble, partout. Et ce n'est pas le macaron collé sur son pare-brise qui va l'aider à trouver une place bleue dans sa zone. De guerre lasse, elle se parque sur un passage piéton.

Certes, ce n'est pas très malin! Elle le sait bien. Mais elle repartira tôt demain, ça ne devrait pas trop gêner. Elle file faire dodo. A 3 h 30, le réveil sonne. Elle l'éteint. Ça sonne toujours. Du côté de la porte d'entrée.

Qui c'est? C'est la poliiice, ouvrez!!! La dormeuse contrariée en a des sueurs froides. Ça doit être grave: un accident, le décès d'un proche? Non, c'est sa voiture! Il faut la déplacer illico presto.

Lila s'habille donc subito. Descend vers sa Corsa, où un pv de 120 francs l'attend déjà. La conductrice grimpe dans son véhicule, met les gaz et tourne des plombes dans le quartier qui dort à poings fermés. Quand sa route croise à nouveau celle des policiers, elle monte sérieusement les tours: non mais, pourquoi m'avoir tiré du lit, puisque je suis de toute façon amendée?

Ils la taxent alors de petite rigolote. Elle aurait peut-être préféré la fourrière et une amende plus salée encore?

Euh, non merci, pas vraiment. N'empêche! Lila n'a plus fermé l'œil. Ça la tarabuste. La police peut-elle réveiller des citoyens en pleine nuit alors qu'il n'y a pas mort d'homme? Et pourquoi elle? Les autres véhicules très mal stationnés n'avaient pas bougé quand elle est partie à 7 h 30! C'est la loterie, ou quoi?

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

12/12/2011

Nouvelles du front

Le point sur la Thune du Cœur, pour commencer la semaine avec un sujet qui ne fâche pas. Ça grogne déjà bien assez en ville pour ne pas en rajouter une couche.

Mais tout râleurs qu'ils sont, les Genevois restent sympas. La preuve? Tous ces dons qui affluent pour donner un coup de main à ceux qui en ont besoin. Nous parvenons ainsi à 22'029 francs. En comptant le solde au 8 décembre du compte ccp 17-59779-1, plus ce que Jules et sa tribu ont boulotté. Pas mal du tout!

Et cela arrive ici sous toutes les formes. Georges et Jean-Claude m'ont ainsi livré des pots, vides de confiture, mais remplis de monnaie. Un met qui peut s'avérer lourd à l'estomac. Or, Jules a très bien digéré!

Après les pots, les enveloppes. Celles qui ne passent pas par la poste. Des membres du Club des aînés et Seniors de Châtelaine-Balexert et de Perly-Certoux sont donc venus déposer leur collecte réalisée à l'occasion du repas d'Escalade. Sympa! Les dames du P'tit café de la Terrazza m'ont aussi remis leur contribution et font un gros bisou à leur Jules. Il le leur rend bien!

Quant au jeune Fabrice de Sézegnin, il a apporté ses sous cachés dans un joli nourrain. Bravo et bisous à ce garçon qui a économisé pour les autres. C'est si rare. Et merci à tous ceux qui, discrètement, alimentent Jules au quotidien.

Par ailleurs, les versements arrivent si vite sur le ccp que je n'ai pas encore eu le temps de répondre à tous. Cela viendra. En attendant, un salut spécial à deux donateurs, généreux et farceurs: l'un signe le Groin, sis au chemin du cochon, l'autre Pied de porc, rue du Groin affamé. J'ai beau regarder dans le bottin, je ne trouve pas leur adresse...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

10/12/2011

Souplesse exigée

Ce week-end, c'est l'Escalade de tous les dangers! Et je ne parle pas de la commémoration de 1602. De ce côté-là, rien à craindre, tout est sous contrôle. Depuis le temps...

Dans l'immédiat, c'est bien le grand chamboulement du réseau des TPG qui met tout Genève à cran! Dimanche 11 décembre, gare à vous si vous n'avez pas appris par cœur les nouvelles lignes et les nouveaux tarifs de vos transports publics préférés. Car même si vous êtes avertis en long en large et en travers, ça vous fera sans doute bizarre de...  (cocher le pire) 

- voir passer des trams là où il n'y en avait pas. Ou plus.

- modifier les pratiques quotidiennes lors des trajets, changer de tram, ou de bus, voire combiner. Et s'adapter.

- payer 3 fr. 50 pour un «tout Genève» d'une heure.

- découvrir des pistes cyclables aménagées sur des trottoirs le long de certaines voies de tram. Apprendre à partager l'espace entre piétons et deux roues.

- pratiquer une place Bel-Air remodelée en centre de triage pour passagers en transit.

Tout n'est d'ailleurs pas terminé sur ce fameux «hub», où chacun cherche encore la place qui lui revient. Profitons ici de remercier tous les ouvriers qui ont bossé jour et nuit pour que tout soit prêt à temps. Et d'annoncer une bonne nouvelle: les responsables du chantier ont réalisé qu'il y avait de la bise, à Genève. Ils ont donc fait installer des modules transparents pour couper ce couloir à courants d'air. Bien!

Dimanche, place à la répétition générale. Lundi, ce sera l'Escalade de tous les dangers. Pour la réussir, souplesse exigée...

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/12/2011

Le temps des tirelires

Jules, vous et moi travaillons main dans la main pour la Thune du Cœur. J'y reviendrai demain. Mais là, tout de suite, je tiens à vous signaler que nous dépassons les 20 000 francs. Superbe! Nous allons encore mettre la briquette jusqu'à la fin de l'année pour apporter aide et réconfort aux plus démunis.

Rappelons que les bénéficiaires de cette 16e Thune du Cœur sont Partage, les Colis du Cœur et Carrefour-Rue. Le travail de ces trois associations vous sera présenté plus en détail la semaine prochaine en page locale de la Julie.

En attendant, une autre collecte, plus discrète, a lieu durant tout le mois de décembre. Vous avez sans doute déjà repéré ces tirelires carrées, couleur vieux rose, surmontées de l'invite «Pensez aux malades des HUG».

Cette action a beau avoir une cinquantaine d'années au compteur, elle reste toujours d'actualité. Et mérite un petit coup de projecteur.

Lancée par l'Aumônerie des hôpitaux genevois, cette action est assurée par de nombreux bénévoles. Ils s'engagent à déposer près de mille tirelires dans les commerces genevois et les récupérer. Pleines, si possible.

A quoi sert l'argent ainsi récolté? A offrir un petit cadeau à toute personne hospitalisée entre le 20 et le 25 décembre (sauf en pédiatrie). Un présent qui puisse être recevable par tout malade, quelque soit sa confession. Ou son degré d'athéisme. Donc pas de signe religieux, pas de message caché.

Juste une attention qui fait du bien quand on est cloué sur un lit d'hôpital à l'approche des Fêtes. Ce sont les aumôniers qui font alors les Père Noël. Un rôle qui leur va si bien, ma foi!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

08/12/2011

Des crottes qui valent de l'or

Les crottes de chien peuvent rapporter gros. Très gros, même. A condition d'être enlevées de la voie publique, mises dans de petits sacs et déposées là où il se doit. Où ça? A Taïwan, bien sûr!

Allez, Mister Proper! Faites pareil. Au lieu de sévir pour rendre la Ville de Genève plus propre, flattez plutôt les citoyens. Jouez sur leur appât du gain. Organisez une loterie!

Car ils sont malins, là-bas. Après avoir tout essayé pour faire disparaître les excréments des rues, la municipalité de New Taipei City vient de changer de tactique. Contre un sac plein de crottes remis au bureau sanitaire, le propriétaire modèle reçoit un ticket de loterie.

Le gros lot? Un lingot d'or! Pas une pépite, non. Un truc qui pèse bien 1800 francs. Plus deux petits lingots de consolation. Ça vaut le coup, non?

Et c'est ainsi que plus de 4000 habitants ont fait le ménage derrière leur chien depuis le mois d'août. Un record! Le tirage de la loterie a eu lieu hier. Il existe désormais des ramasseurs de crottes couverts d'or.

Transposé à Genève, cela pourrait donner quoi? Tout d'abord, il ne faudrait pas se contenter des déjections canines. Il y a bien trop à faire. Ouvrir l'opération à différentes catégories de déchets: canettes, bouteilles, mégots et autres papiers gras. Puis envisager des lots qui soient à la hauteur de la tâche. Qui fassent envie.

Un lingot d'or? A moins de faire sponsoriser cette campagne de salubrité publique par un joyeux mécène, on oublie. Un abonnement annuel aux TPG? What else?

08:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/12/2011

Une dinde sans tête

Faut pas cracher dans la soupe. Mais tout de même. Cette publicité m'a juste hérissé le poil. Faut dire que je manque parfois d'humour. Peut-être parce que je suis une femme.

«Pretty woman»...

Sur la pub du grand magasin qui se la joue cinéphile, le titre de ce film est écrit en gros et en rose fuchsia. Comme sur l'affiche originale. Sauf qu'au lieu de la délicieuse Julia Roberts, c'est une dinde qui tient la vedette!

Les mauvaises langues diront que c'est la même chose.

Mais non! Sur cette image vantant les délices de saison, le gallinacé n'a pas de tête. Et ça tombe drôlement bien. La dinde n'est-elle pas aussi «une femme d'intelligence bornée», selon le dictionnaire? Une niaise, voire une idiote? Une écervelée, forcément!

Bien que privée de tête, notre dinde de Noël reste coquette. Elle a mis un collier. Le même que celui de Julia dans le film. Vous vous souvenez de la scène? Son amant lui présente le rang de perles dans un écrin. Le referme d'un coup sec lorsqu'elle veut s'en saisir, ce qui la fait partir d'un éclat de rire légendaire. Oh Pretty Woman... Et l'on se prend à fredonner la musique de Roy Orbison.

Et ce n'est pas tout. La star du jour a aussi chaussé de petits escarpins blancs et bouffants. Elle croise pudiquement les jambes en attendant le premier coup de fourchette. C'est d'un goût...

«Oscar de la fraîcheur», vante cette réclame, à l'affiche jusqu'à Noël. Peut-être, s'agissant de la volaille. Je n'ai pas encore vérifié. Mais en tout cas pas Oscar de la meilleure publicité.

Quoique... Je viens de lui en faire une belle, à tant parler d'elle!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

06/12/2011

De l'oseille pour Jules

La course de l'Escalade suite et fin, pour cette année du moins! La trieuse a donc trié le reste de monnaie et le gros Julot a fini éventré sur la moquette. Triste spectacle, même si l'opération s'est bien déroulée: le cochon a rendu toute l'oseille qu'il avait boulottée samedi d'un bel appétit.

Et c'est ainsi que l'on arrive à la somme de... 3857 fr. 50 et 76 euros!!! Un record absolu de récolte de fonds pour la Thune du Cœur lors de la course de l'Escalade. Chapeau!

A quoi s'ajoutent encore des pièces venues d'un peu partout: Argentine, Russie, Etats-Unis, Angleterre, Afrique du Sud, Turquie. C'est qu'ils viennent de drôlement loin, les coureurs! Nos tirelires ont eu aussi droit à quelques jetons de téléphone. Mais pas de boutons de culotte, tout de même!

Un grand merci à tous ceux qui ont alimenté Jules et sa tribu lors de cette belle journée. Et aux autres qui continuent sur la lancée pour que la Thune du Cœur prenne de l'ampleur.

Justement, on me propose un trafic de lapins pour nourrir Jules! Pourquoi pas? Une collègue est envahie de bébés lapins. Vous connaissez sans doute la musique: vous achetez deux lapins pour qu'ils se tiennent compagnie, et le vendeur assure, la bouche en cœur, que ce sont deux femelles. Erreur fatale!

Car Dame lapin pose en très peu de temps deux portées d'adorables boules de poils. Sept d'entre elles attendent toujours preneur. Le marché? Une thune le lapinou. Ou plus, si entente. Ça soulage ma collègue, et ça remplit Jules. Que demander de plus? Toute personne intéressée me contacte par mail et je fais suivre...

08:00 Publié dans Thune du Coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

05/12/2011

La pesée de l'Escalade

La Marmite a pris l'eau, mais la soupe était bonne. Un vrai régal, cette course de l'Escalade. Pour autant, bien sûr, qu'on aime les bains de foule...

Car du monde, il y en avait partout dans le périmètre de la course, malgré le ciel bas et plombé qui pesait sur Genève. Entre 60 000 et 80 000 personnes venues se geler dans les rues alors qu'elles pouvaient prendre un bon bain chaud et moussu chez elles. Faut le faire, tout de même!

Bon, là-dessus, il faut soustraire toutes celles et ceux qui ont couru. Ce qui fait un paquet. Restent tous les autres. Qu'ont-ils fait, pendant que les sportifs avalaient des kilomètres de bitume? Ils sont venus prendre leur café croissant et/ou leur soupe sur notre stand. Et engraisser les nourrains pour la Thune du Cœur.

Résultat des courses? Du gros, du lourd! Un peu comme à Russin, où il a fallu mettre deux maires sur le poids public pour faire peur à la balance.

Samedi en fin de journée, les tripes de Jules et des petits cochons roses et rouge pesaient ainsi largement plus de dix kilos. Monnaie et billets mélangés! Renversés sur le bureau, ça forme un tas d'argent impressionnant, je vous assure!

Pour vous donner le bilan définitif, il me reste encore à vider le bon gros Julot et à passer ce matin toutes les petites pièces dans la trieuse. Mais en comptant «seulement» les billets, les thunes et les pièces de deux francs, la collecte de cette journée se monte d'ores et déjà 3185 francs! C'est mieux que l'an dernier, et ce n'est pas encore terminé! Merci à tous. Et vive la course de l'Escalade.

18:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

03/12/2011

La soupe est servie

Un soir de semaine, place du Molard. Il fait nuit depuis un bout de temps. Emmanuelle et ses amis se dirigent vers un restaurant. En chemin, ils dépassent un jeune hère grelottant qui marmonne quelques mots. Genre «Z'auriez pas deux balles, m'dame?»

Emmanuelle s'arrête pour lui dire qu'elle ne donne jamais d'argent. En revanche, elle lui offre volontiers à manger. Il y a juste un hic. Les magasins sont déjà fermés.

Qu'importe: la jeune femme invite l'inconnu à venir manger avec eux! Et c'est ainsi que Julien, 25 ans, à la rue, s'installe à table, au resto, et partage le repas avec les autres convives. Le premier moment de surprise passé, chacun fait connaissance. Le jeune en marge raconte sa situation, ses expériences. Les barrières tombent.

Soudain, c'est l'heure. Julien doit filer s'il ne veut pas trouver porte close à l'Armée du Salut. On lui donne alors les 3 balles qui lui font défaut pour dormir au chaud. Et il s'en va au pas de course, le ventre plein, heureux! Ce repas a eu une saveur tout à fait particulière pour ceux qui l'ont partagé. «On n'a rien à craindre d'inviter l'autre à sa table» résume Emmanuelle.

C'est pourquoi vous êtes attendus demain aux Bastions, à l'occasion de la course de l'Escalade. On servira 1500 croissants avec le café dès 9 h, sous la tente de la Tribune. Et les 2000 litres de soupe aux légumes dès 11 h 30. Chaud devant!

Jules sera de sortie pour brouter des sous avec sa tribu. Il y aura le gros Julot et trois petits cochons roses qui feront leur première sortie en public pour la Thune du Cœur. Ça va boulotter ferme aux Bastions. Bonne course à tous!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

02/12/2011

Une étoile filante

photo.JPGAu secours, oubliez ce que je vous ai dit hier, à propos du numéro du ccp de la Thune. Je me suis lamentablement mélangé les pinceaux en inversant un 7 et un 9. Je devrais pourtant connaître ces chiffres par cœur...

Le bon ccp est donc le 17-59779-1.  L'autre, celui que j'ai indiqué jeudi, n'existe pas. Si vous avez effectué un versement sur ce compte, m'a dit la Poste, l'argent vous sera retourné. Voilà voilà...

J'en profite pour remercier déjà tous les donateurs, anonymes ou non, qui participent à cette action de solidarité genevoise. Dont Marc, le retardataire du printemps, qui permet à la Thune du Cœur 2012 de repartir d'un bon pied. Et le Salon du Santon de Provence qui a découvert, dans son cochon bossant pour Jules, une enveloppe bien dodue du «cousin de New Mexico, USA!»

Danièle a engraissé le nourrain en l'honneur des gentils Chippendales qui l'ont aidée à réparer son pneu, et les petits cafés de Balexert ont levé des fonds pour la Thune. Comme l'ont fait les gens de la reproduction et de la correction de la Tribune de Genève.

D'après le relevé du bon ccp (je vous le redonne?) au 30 novembre, plus le contenu de Jules, on arrive à la somme de 9759 francs. Pas mal, pour un 1er décembre!

Et je ne résiste pas à vous parler de la photo qu'Isabelle a prise dimanche, dans le parc du musée de l'Ariana. On y voit une immense étoile filante réalisée en feuilles mortes encore brillantes. Il est des jardiniers poètes. Ou des promeneurs inspirés. Et l'étoile a filé en un coup de vent dans un tourbillon doré. Un peu juste pour faire un vœu!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |