14/06/2012

Une nature confiante

Comment réagir quand on est de nature confiante et que l'on vient de se faire avoir?

Réjane en est encore toute remuée. L'autre jour, cette dame de bientôt 70 printemps s'en va, toute guillerette, acheter du terreau chez Jumbo pour planter des fleurs et faire ainsi venir l'été.

En sortant de la jardinerie, elle transporte tant bien que mal les gros emballages de terre sur un chariot, où elle a déjà déposé son sac à main. La manœuvre terminée, elle voit que le sac a été visité tandis qu'elle avait le dos tourné. Son porte-monnaie a disparu! Manquent ainsi ses 500 francs pour finir le mois et ses cartes de crédit.

Bien sûr, elle n'aurait jamais dû laisser son bien sans surveillance. Mais Réjane fait encore partie de ces gens bienheureux qui n'ont jamais eu besoin de se méfier des autres.

Dans sa campagne, les portes des maisons étaient toujours ouvertes. Tout était accessible, sans barre de sécurité, grilles ou caméras de surveillance. Et c'était tellement agréable de pouvoir vivre ainsi. Oui, mais c'est fini!

Pour cette Genevoise, c'est la douche froide. Que faire après cette expérience, se demande-t-elle. «Devenir suspicieuse, trouillarde, grincheuse, haineuse? Non! Je ne veux pas devenir cette personne-là.»

Ce cri du cœur m'a touché. Réjane préfère encore l'ouverture à l'enfermement. Mais pour combien de temps? Déjà, elle en appelle à des lois plus sévères pour que les plus faibles retrouvent un peu de sérénité.

Ce vol lui a certes fait perdre un peu d'argent. Mais il a surtout entamé son capital de confiance. Et c'est une perte sèche!

08:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.