16/08/2012

Rien ne nous est épargné

Serais-je devenue totalement ringarde, bégueule, rigide? Les trois à la fois, peut-être? Je n'en sais rien. Toujours est-il que la vue des chairs nues qui prolifèrent ces jours en ville commence à me filer la nausée.

Et je ne parle pas des filles qui se dandinent dans leur mini-mini-jupe, ventre à l'air, ou des garçons qui portent bas leur short, laissant parfois pointer le début d'une paire de fesses. Ça fait partie du jeu. Tout comme les tenues vestimentaires légères des plus âgés, parce que tout de même, c'est si bon de sentir le soleil dorer sa peau.

Ce qui commence vraiment à bien faire, ce sont ces libérés de tout poil qui se croient partout à la plage. Qui s'exhibent sans complexes dans les espaces publics.

Ils se promènent en slips de bains moulants ou caleçons mous dans des lieux aussi peu appropriés que la Coop ou le kiosque du quartier. Ils viennent acheter leur pain à la boulangerie torse et pieds nus. Se rendent au pressing comme s'ils n'avaient plus rien à se mettre sur le dos. Fendent la bise à bicyclette et en bikini. Youpi!

Rien ne nous est épargné, dans cette intimité imposée. Ni l'odeur, ni la sueur, ni les bourrelets. J'en ai ainsi fait l'expérience, l'autre jour, dans la file d'attente d'un grand magasin. Le client, situé deux rangs derrière moi, portait un petit cabas sous le bras et un mini calcif plus bas. Pour le reste, il était à poil, et ce n'était pas un Apollon. Mince alors!

Mais qu'il aille se rhabiller, ce monsieur. Même s'il trouve tout à fait normal de se présenter ainsi devant la caissière. Car l'employée porte un habit de travail par respect pour la clientèle.

Personne n'a fait de remarque, dans la file d'attente. De peur de passer pour ringard, bégueule ou rigide. Il n'y a eu que des regards échangés. Et une sorte de résignation devant ce laisser-aller.

A ce rythme, on verra bientôt les passants se promener tout nus dans les Rues Basses. On parie?

08:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

une seule solution s'impose,la brigade des Gendarmes de Saint-Tropez

Écrit par : lovsmeralda | 16/08/2012

L'intimité sur les lieux publics, oui et à tous les niveaux et les stades.
Sauf olympiques.
A moins que la compétition ne s'introduise bientôt et qu'on s'entraîne à qui en exhibera le plus!
Se montrer, c'est maintenant.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/08/2012

Les commentaires sont fermés.