22/08/2012

Protection solaire interdite

Comment faire pour bien faire?

Vaste question. Les parents se la posent à longueur de journée, et à tout propos. Là, il s'agit de santé: avec le soleil qui cogne fort, comment protéger au mieux leurs petits des rayons ultraviolets? (leurs grands aussi, mais c'est parfois peine perdue...)

Catherine a choisi de faire porter à ses juniors des T-shirts anti UV. Des maillots en matière synthétique, assez moulants et à manches courtes, vendus dans les magasins de sport, et même à la Migros. C'est dire si ces habits deviennent courants.

L'article est vanté par la Ligue suisse contre le cancer pour les personnes qui passent beaucoup de temps en plein air, pour les enfants et les personnes qui ont une peau claire. Idéal, donc, pour des minots qui s'amusent tout l'été au bord ou dans l'eau.

La maman se rend l'autre jour à la piscine de Meyrin avec ses enfants. Ils enfilent vite fait leur protection solaire et hop, tous au jus. Le hic surgit au coin du bassin. Pas question de faire trempette en liquette anti UV, disent les gardiens. C'est interdit par décision de la Mairie...

Stupeur de la maman. Colère aussi. Pourquoi empêcher les enfants de nager avec cette protection solaire, écrit-elle aux autorités communales. Leur réponse? C'est interdit, pour le maintien de la qualité l'eau.

Pour l'hygiène publique, en quelque sorte. Parce que les eaux pleines de crème solaire, c'est peut-être mieux?

Qu'elle change donc de crémerie! Les piscines de Lancy et de Carouge ne font pas tant d'histoires. Elles acceptent ces maillots anti UV. Tout comme les bassins extérieurs de Varembé et des Vernets. Pas les intérieurs, me précise-t-on. Mais qui aurait idée d'enfiler ces tenues dans une piscine couverte...

Restent encore le lac, le Rhône ou les rivières du canton pour se baigner dans la tenue de son choix.

Oui mais, comment assurer alors la sécurité des enfants?

Retour à la case départ!

08:02 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Votre affirmation "Restent encore le lac, le Rhône ou les rivières du canton pour se baigner dans la tenue de son choix" me fait bondir. Je suis naturiste comme des centaines d'autres genevois. Je n'ai jamais trouvé ni à Genève, ni dans le bassin lémanique (suisse) un seul endroit où l'on puisse se baigner dans la tenue la plus naturelle qui soit, celle de mon choix. Heureusement la France voisine nous offre des possibilités toujours plus nombreuses, et la Suisse pleure les touristes qui n'y viennent plus. A quand un bout de plage naturiste publique à Genève ?

Écrit par : yves | 22/08/2012

Une lettre argumentée et polie à la mairie fera évoluer sûrement le règlement. Je doute qu'un maire ne souhaite voire associer son nom à 'cancer de la peau'.

Écrit par : Djinus | 22/08/2012

Le plus risible dans l'histoire des crèmes solaires c'est que tous les emballages ne signifient à personne que plus l'indice est élevé moins il est protecteur.Donc à renouveller davantage ce qui a contraint des chercheurs en Australie a affirmer que si les requins étaient devenus aussi agressifs c'était à cause entre autre des surplus de crème solaire qu'ils détestent ajoutées en plus à celle d'humains qui se croient tout permi on comprend cette agressivité hors norme
Quand aux produits solaires d'après les nouvelles normes en France suite à un reportage il semble que désormais c'est la douche avant de plonger dans la piscine donc autant attendre mais concernant les pataugoires peut-être qu'en écoutant les conseils vieux comme Adam ,les parents devraient aller le matin de bonne heure ou après 16 heures,le soleil est moins nocif donc moins de produit à mettre aussi

Écrit par : lovsmeralda | 23/08/2012

Les commentaires sont fermés.