31/01/2013

Le pli sorti de l'oubli

Entre le boulevard Helvétique et l’avenue de Thônex, il y a environ 4,5 kilomètres. Ce n’est donc pas tout à fait le bout du monde.

Pour parcourir cette distance, compter à vue de nez dix minutes en bus, douze minutes en voiture, vingt minutes à vélo ou en tram. Et un peu plus d’une heure à pied. Disons que même avec des cannes et une grosse fatigue, on ferait ces 4,5 kilomètres en une journée, grand maximum.

Erreur! Cela peut prendre aussi des années. La preuve?

Josiane a reçu la semaine dernière, à son domicile de Chêne-Bourg, une facture de son médecin postée près de Rive. Cette lettre a été expédiée, tenez-vous bien, le 24 février 2005! Le timbre postal faisant foi, comme l’on dit dans les concours.

Presque huit ans pour acheminer un courrier sur une si courte distance, ça frise l’exploit.

A l’évidence, cette missive a dormi tranquillement à l’abri des regards et des mains: l’enveloppe est propre, comme neuve, l’adresse correctement rédigée. Mais où a-t-elle donc piqué ce long roupillon? Et pourquoi l’a-t-on réveillée tout soudain? Mystère!

Car ce pli sorti de l’oubli s’est glissé en toute discrétion dans le courrier frais du jour de Josiane. Comme ça, sans un mot d’excuse ou d’explication de la Poste. Vous me direz qu’elle aurait très bien pu le faire disparaître, ni vu ni connu. Plus personne n’attendait cette facture, puisque son rappel était, lui, arrivé à bon port.

Mais non. La Poste assume. Elle fait son boulot réglo. Piano piano. Compter parfois huit ans de retard…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.