07/02/2013

Lunettes à récupérer

Serge a perdu ses lunettes de lecture. Une paire à dix balles, dit-il. Mais il avait pris soin de coller, à l’intérieur de l’étui, une étiquette avec ses coordonnées.

Sage précaution. Le Service cantonal des Objets trouvés a ainsi pu lui annoncer qu’un bien susceptible de lui appartenir avait été déposé à ses bureaux. Qu’il vienne donc le récupérer, moyennant le paiement de divers frais et émoluments.

Il s’y rend, tout content. Il déchante vite. Pour reprendre ses lunettes, on lui réclame 75 francs. Pas question! Serge repart furibard, en clamant qu’il ira s’acheter une nouvelle paire bien moins chère. Quel gâchis.

Alors quoi? Au lieu de monter les tours, il aurait pu fournir une preuve d’achat. Oui, mes lunettes ont bel et bien coûté deux thunes. Les employés auraient alors revu leur copie à la baisse.

Mais ils lui auraient de toute façon demandé 16 francs. Car toute chose entrant au 5, Glacis de Rive, est facturée dix francs au minimum à celui qui l’a perdue. Plus 6 francs de frais de port.

Après, ça se complique. Le règlement stipule que les objets sont évalués selon leur coût de remplacement à neuf sur le marché genevois.

Ainsi pour des lunettes, le prix moyen d’une monture sans marque est fixé à 400 francs, celle avec marque à 600 francs. Les émoluments se montent à 20 ou 40 francs, à quoi s’ajoutent les récompenses, 40 ou 60 francs. Plus les frais de port. Ça taxe!

Mais cela reste encore meilleur marché qu’une paire neuve. Sauf peut-être pour les loupes, identifiées comme telles, et estimées à 10 francs. Suis-je assez claire, cher Serge?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.