08/03/2013

Femmes du jour

Aujourd’hui, on nous aime. Nous, les femmes!

La déclaration d’amour des artisans boulangers-confiseurs de Genève à nous autres femmes a paru en pleine page dans la Julie d’hier. En rose vif. Et avec des cœurs tout partout. Waouh!

Paraît qu’en ce vendredi 8 mars, ils nous offriront une surprise à déguster chez eux. Alors là, mes sœurs, je vous le dis, tant pis pour nos rondeurs: on ne va pas de priver d’une telle gâterie. C’est si rare…

Car les commerces nous font peu de cadeaux. Pire. Ils nous font souvent payer plus que les messieurs

A la teinturerie, par exemple, le nettoyage d’une chemise de femme coûte plus cher que celle d’un homme.

Pareil chez le coiffeur. En moyenne, Madame débourse trente francs de plus que Monsieur pour une coupe. Même à la garçonne.

Côté épilation, l’inégalité demeure. Les rasoirs pour les jambes féminines sont plus onéreux que ceux pour les moustachus. Les lames sont pourtant pareilles.

Au rayon parfumerie, les parfums ciblés elle ou lui ne se vendent pas aux mêmes tarifs. Au rayon des habits aussi. Pourquoi une telle différence de prix entre de simples chaussettes?

La faute aux taxes douanières. Elles ne sont pas semblables, selon que les vêtements sont destinés aux hommes ou aux femmes. Dingue, non?

Même pour se soulager dans les toilettes publiques, les filles payent le double des garçons. Est-ce bien juste?

Tout ça alors que nous avons en moyenne un salaire de 20% inférieur à celui de nos compagnons mâles. Il serait temps de ça change. Surtout si on nous aime…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.