15/03/2013

La carte et le pneu

Vive le progrès.

Georges m’apprend que les cartes de crédit Maestro ne fonctionnent plus pour les distributeurs TPG, les parkings souterrains et les parcmètres de la République. Normal, ça fonctionnait trop bien.

Résultat: l’usager qui a envie de régler son dû autrement qu’en monnaie sonnante et trébuchante est invité à se procurer une carte spéciale. Une «carte cash». Une de plus!

En citoyen modèle, notre homme s’embarque donc sur le site de sa banque pour se procurer ce sésame. Commence à naviguer, puis à tanguer ferme, et enfin couler à pic.

Serait-ce à cause de ses connaissances limitées en informatique? A 88 ans, il aurait des excuses. Pas découragé pour un sou, il se rend au guichet de sa banque, vise une jeune personne et lui demande de l’aide. L’ordinateur ne devrait pas avoir de secrets pour elle.

La demoiselle tente sa chance. Elle finit à son tour par s’avouer vaincue: «Ça coûte 15 francs. Hélas, mon système ne me permet pas d’établir cette carte. A la Poste, peut-être? Mais c’est sans garantie.»

Georges a bâché. Il n’ira pas à la Poste, si c’est pour recommencer ce cirque. Vive le progrès, donc.

Et vive mon flair, si j’ose. Le sujet de l’encre bleue de mercredi, «Droit dans le muret» évoquait la piste cyclable de la rue de Saint-Jean qui laisse à désirer. J’apprends à l’instant que cet aménagement raté vient de recevoir le «Prix du Pneu Crevé» décerné par l’association Pro Vélo Genève à la Ville de Genève. Or, je ne savais pas qu’un tel concours existait.

Autant dire que je bois du petit-lait…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Georges a économisé du temps, la Poste ne propose plus la carte cash depuis quelques années déjà...

Écrit par : Sonia | 15/03/2013

Les commentaires sont fermés.