25/04/2013

Un temps d'adaptation

J’adore cet entre-deux présent.

Ces jours où l’on sent un certain flottement dans l’air. Une hésitation. Le temps n’est plus froid comme avant, mais pas encore chaud comme après. La nature elle-même se tâte. Sortir tout d’un coup ou patienter un peu avant de déployer toutes ses splendeurs? Ce temps d’adaptation à la nouvelle saison est toujours un poème.

A l’évidence, nous ne sommes pas tous égaux devant ces changements. Ou pressés de la même manière de passer du côté du beau. Certains diront que c’est normal, vu les températures qui jouent au yo-yo. Dans ces conditions, comment s’habiller?

Il suffit de regarder autour de soi. Les tenues témoignent d’un certain état d’esprit. Il y a ceux qui regrettent hiver et ceux qui aspirent à l’été.

Mercredi, je me suis posée à midi sur un banc pour regarder passer les gens. Je ne vais pas vous dire que j’ai vu des passants en doudounes. Mais pas loin! Dans le défilé, j’ai repéré les écharpes en laine sur des manteaux épais, des bottes fourrées, des capuches douillettes, des impers doublés, des gants.

Et se faufilant au milieu de ces emmitouflés, des filles aux épaules, jambes et pieds nus, des tenues légères. Très très courtes, les jupes, et puis des petites chemises ouvertes au vent, des sandales et des bermudas.

J’étais plongée dans ces réflexions quand soudain deux agents de police ont passé sous mon nez. Rollers aux pieds, mollets à l’air, sourire aux lèvres.

Quand les poulets descendent ainsi dans la rue pour se rapprocher de nous, il n’y a plus d’hésitation possible: on va vers le beau!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.