25/05/2013

Le temps de vivre

«Aujourd’hui, tout le monde a une montre, et personne n’a le temps!»

C’est un vieux copain qui me fait cette réflexion tandis que nous prenons un café au bistrot du coin. La rencontre n’était pas inscrite au programme du jour. Il n’y a pas eu de bip-bip-bip à l’ordinateur pour me signaler ce rendez-vous. Il a suffi de se croiser, au hasard d’une rue, pour voler ces quinze minutes à nos emplois du temps respectifs…

Autour d’un express, c’est parti pour deviser sur le temps qui passe, le temps qu’il fait. Pour évoquer cette folle accélération du rythme de nos jours où l’on court tant et tant qu’à la fin, on ne sait plus trop où l’on en est. Et pourquoi on le fait.

Quinze minutes, top chrono, pour remettre les pendules à l’heure. Pour se tenir au courant, dans les très grandes lignes, de la famille, du boulot. Mais les aiguilles tournent, inexorablement. Oups, j’ai un rencard dans trois minutes. Alors salut, à une prochaine.

Tous des montres, mais si peu de temps. C’est alors que me revient la chanson de Georges Moustaki qui vient de rejoindre le paradis, après nous avoir invités à prendre le temps de vivre:

«Viens, écoute ces mots qui vibrent/sur les murs du mois de mai/Ils nous disent la certitude/que tout peut changer un jour…»

Le temps, par exemple? Des fois qu’il se rappelle qu’on n’est pas en mars, mais à deux doigts de l’été? Non, c’est plutôt le temps de profiter de cette fin de semaine. Pour poser la montre. Et prendre les choses comme elles viennent. «Sans projets et sans habitudes/nous pourrons rêver notre vie» Quel poète, cet homme!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

J'adore lire vos billets qui reflètent la société actuelle. De plus, si vous n'êtes pas sur Facebook ou Twitter ou si vous n'avez pas de portable (ce qui est mon cas), on se fait dévisager de façon très désagréable !

Écrit par : Marlyse | 25/05/2013

Les commentaires sont fermés.