20/06/2013

Les pieds dans l'eau

Passez un bel été au fil du Rhône, qu’ils disent dans la pub.

Je veux bien, il fait beau et chaud! Et hop, je glisse dans mon sac le maillot de bain plus les sandales en plastique pour éviter, après la baignade, de marcher dans les détritus qui fleurissent le long des berges. Et zou, à moi le fleuve.

Mince! Ils sont où, les pontons?

Ils sont là. Mais pas vraiment sur le Rhône. Plutôt dessous. En tout cas celui qui se trouve du côté de Saint-Jean. Les planches d’en face sont quant à elles à fleur d’eau. C’est normal, docteur?

Oui, me dit-il! D’abord, le bois de ces constructions supporte très bien la flotte. Les serviettes de plage un peu moins, mais bon, il faut s’adapter aux circonstances. Et là, elles sont un peu spéciales, compte tenu de la météo.

Car il s’agit de vider le trop-plein du lac. Le Léman reçoit ces temps-ci plus d’eau qu’il ne peut en libérer. Les vannes sont donc ouvertes autant que possible. Et puis le très gros débit de l’Arve n’arrange rien. Il fait même bouchon hydraulique, si vous voyez ce que je veux dire. Cela fait remonter les lignes d’eau et le Rhône déborde un peu sur une partie du sentier des Saules.

En gros, si j’ai bien tout compris, il faudrait que les températures redescendent, ce qui arrêterait de faire fondre les glaciers du côté de Chamonix, grossir l’Arve et remonter le Rhône.

Oui mais si les températures baissent, les baigneurs et les lézards auront moins envie d’aller sur les pontons…

Patience, patience, ça va s’arranger.

Ça me fait penser qu’on aurait pu inaugurer ce mois la plage publique des Eaux-Vives, s’il n’y avait pas eu recours du WWF. Oh rage, oh désespoir…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

À la lecture de l'encre bleue du jour
"Ça me fait penser qu'en page 18, je viens de lire qu'un jeune homme
De 18 ans s'est noyé hier à la hauteur de la rue du stand! Il aurait
Sans aucuns doutes apprécié votre si incongru encre bleue de ce jour
Si il était encore en vie en ce 20 juin! Personne ne vérifie si les articles
De la tribune sont de mauvais goût quand il y a mort d'homme.
Je prie pour ce jeune qui risque de rester longtemps dans le Rhône et
Je pleure sur nous humains plus capable de compassion.
J'ai fais un rêve, nous retrouvions tous en un claquement de doigts
Le bon sens de notre présence sur terre

Écrit par : Formaz christine | 20/06/2013

Les commentaires sont fermés.