18/01/2014

Urgences: le retour...

Une dame âgée de 83 ans vient de vivre une expérience inoubliable, jugez plutôt. Le lundi de la fête des Rois, elle fait un malaise. La voilà qui tombe sur un meuble et s’ouvre la joue.

Son ami et son fils présents appellent le 144 et une ambulance la conduit aux Urgences de l’hôpital. La blessée est vite prise en charge et elle est fort bien soignée.

Après une nuit passée aux HUG, elle subit encore divers examens le mardi matin. On lui propose d’aller dans un autre hôpital pour se reposer. L’aînée préfère rentrer chez elle. Soit.

La veille, son ami a pris ses habits tachés de sang et compte bien lui en rapporter des propres pour sa sortie. Il n’en aura pas le temps.

Car alors que la famille se renseigne auprès de l’hôpital pour savoir quand elle peut venir chercher sa parente, elle apprend qu’il est déjà trop tard: une voiture de transports pour handicapés est sur le point de déposer l’octogénaire au bas de son immeuble.

Mais dans quelle tenue! La patiente a fait le trajet en chaussettes, chemise de nuit et robe de chambre de l’hôpital, avec le cathéter encore planté dans sa main! Pas possible, j’y crois pas.

Et pourtant, couac il y a bien eu quelque part: j’ai vu la photo prise par ses proches. Car ils se sont tant étranglés d’indignation en la voyant arriver dans cet état qu’ils ont immortalisé la scène. Ils ont surtout aidé cette petite femme chancelante à grimper les cinq étages de son immeuble sans ascenseur. Son médecin traitant lui a enlevé le cathéter le lendemain. Aujourd’hui, elle va bien.

Urgence à l’aller, urgence au retour! L’hôpital jure ses grands dieux qu’une telle pratique n’est pas dans ses habitudes. Nous voilà rassurés!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ne peut-on pas porter plainte, que celui qui a donné cet ordre soit sanctionné et empêché de récidiver????

Écrit par : vieuxschnock | 18/01/2014

Terrifiant d'irresponsabilité, de manque de respect humain, de déni des droits de l'homme les plus élémentaires.

Mais j'en ai d'autres du même acabit dans mes archives. Cet hôpital est une honte pour la médecine toute entière et le suicide rétroactif d'Hippocrate désespéré de voir ce qu'on a fait de son enseignement.

Espérons que Me Poggia et Me Halpérin seront moins laxistes que leurs prédécesseurs quant à son humanité et le respect des droits des patients.

Mais je parierais que cette dame a été mise dehors par une petite infirmière en chef des urgences française au carré blondinet frisé qui va jusqu'à mettre des gens dehors à 3h00 du matin en leur refusant une ambulance "parce que cela coûte trop cher à la société" et leur disant "vous n'avez rien du tout" avec une fracture lombaire, sans leurs cannes, à moitié à poil par le froid aussi, et une perte osseuse de 79 % !

Et qui de plus s'avère incapable d'écrire correctement un nom commun sur une adresse.

Il est probable que je vais ouvrir un blog aussi. J'en ai assez de ce déni constant de la réalité, du blabla de nos élus, ceux-ci devront agir ou partir.

Écrit par : Jmemêledetout | 18/01/2014

Les commentaires sont fermés.