17/02/2014

Le repos des Rois

Le cimetière des Rois, c’est notre Père Lachaise à nous, rempli de gens célèbres ou méritants. Voir les deux à la fois.

Et si j’en parle aujourd’hui, c’est parce que Claude se désole de ne plus pouvoir le traverser chaque matin, comme il en a l’habitude, entre la rue du Stand et le boulevard Saint-Georges.

Lors de ce raccourci de rêve, Claude admire les arbres séculaires, croise des passants, écoute les chants des oiseaux ou regarde les chats qui gambadent sur la pelouse. Il se rappelle ainsi tous les jours qu’il est bien vivant, alors que d’autres dorment sous la terre.

Or, voilà qu’il est privé de ce plaisir: les portails latéraux de cette oasis de paix sont trop souvent fermés. Dérangeons-nous les morts? se demande-t-il.

Même pas. Car au fil du temps, le cimetière des Rois s’est fait une raison. Il est aussi un lieu de vie et de repos non éternel. C’est pourquoi le règlement tolère que l’on vienne y manger sur le pouce, discuter ou réviser ses cours.

Mais ce n’est pas un parc pour autant. La pratique du vélo, la bronzette en bikini ou la java la nuit, très peu pour lui. Paix des morts oblige.

Pour revenir à ce qui préoccupe Claude, il faut savoir que les horaires d’ouverture du cimetière dépendent d’une décision du Conseil administratif et d’un règlement concernant uniquement le portail principal, rue des Rois.

Il est actionné par une horloge automatique qui le fait ouvrir à 7 h 30 et fermer à 19 h. Et les portails latéraux? Ils sont ouverts et fermés en fonction de la disponibilité du personnel. Autrement dit, c’est à bien plaire.

Faut croire que ça plaît peu, ces temps. Vivement le printemps…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.