20/02/2014

Le temps, pile et face

Quel drôle de temps!

Un glacier a déjà sorti sa terrasse sur les quais. Je n’en croyais pas mes yeux, mercredi midi, en passant près de Sissi: les sièges jaune pétard invitant les passants en bras de chemise à s’installer derrière des boules pistache noisette…

A deux pas de là, quelques touristes consultent les horaires des croisières sur le lac et se font prendre en photo devant le Jet d’eau. Les Mouettes dansent sur les flots et font des taches canari sur fond bleu. Ah, que c’est bon tout ça...

Dis, t’es en vacances, Julie? Non! Mais j’avoue avoir de la peine à rester en place au bureau quand il fait beau. Surtout quand la moitié de la République fait relâche… Alors oui, je sors pour humer l’air et traquer les premiers signes qui annoncent la belle saison.

Il y en a plein, si l’on veut bien les voir. Les pelouses sont mouchetées de crocus, de primevères et de perce-neige qui n’ont rien percé, côté or blanc. Les feuilles se tiennent en embuscade. Et les cygnes et les canards n’ont bientôt plus goût au pain. C’est dire.

Tiens, le temps change! A l’heure du goûter, de gros nuages lourds viennent cacher le soleil. En un clin d’œil, les prémices du printemps sont oubliées. Les gens ajustent leur écharpe et serrent les dents. C’est à nouveau l’hiver.

La vue du jardin Anglais renforce aussi cette impression: il est retranché derrière des barricades grises et froides. Mince alors! Que se passe-t-il?

Paraît que c’est pour la bonne cause. La Ville va procéder à de gros travaux de réfection des conduites d’arrosage qui vont durer quelques semaines. Pour assurer un gazon tip top en ordre au printemps. En attendant, ceinture!

Quel drôle de temps.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.