03/06/2014

Bicentenaire: la suite

Dimanche, je l’avoue, j’ai profité de la rade en fête jusqu’au tout dernier rayon de soleil. Je ne suis donc pas retournée au boulot pour vous en toucher un mot.

Pas bien, Julie! Du coup, tout a déjà été dit sur ces réjouissances populaires. Sauf peut-être sur la parade navale des barques à voiles latines qui m’en a mis plein les yeux. Je ne l’ai pas suivie depuis la tribune officielle, où les places étaient comptées. Un peu juste, d’ailleurs, si j'en crois quelques réactions courroucées de lecteurs.

La vision était tout aussi bonne depuis Baby plage. Notez qu’elle aurait été meilleure encore depuis la plage des Eaux-Vives, si elle avait existé! Mais c’est encore une autre histoire…

A dire vrai, ce spectacle naval aurait été grandiose s’il n’y avait pas eu toutes ces embarcations parasites venues regarder la chose de trop près. Tous ces bateaux à moteur ou voiliers ont rendu confus le lent ballet des anciennes barques où la galère a joué l’invitée surprise. Mais quel spectacle, tout de même!

Et puis lundi matin, une fois le calme revenu sur le lac et alentours, les bains en forme de croix suisse ont pris la direction du pont de la Machine pour y être amarrés, le niveau du lac étant enfin descendu. Les baigneurs y feront trempette dans une eau à 24 degrés non pas dès le 7 juin, mais dans la première quinzaine du mois. Ça ira aussi!

Pour rester dans ces célébrations du Bicentenaire, c’est début octobre que la Poste suisse décidera si elle édite ou non un timbre pour l’occasion. De fait, si ce timbre voit le jour en 2015, il sera partagé avec les cantons de Neuchâtel et du Valais. Pas de Genferei en vue...

A noter enfin que le club philatélique de Meyrin et l’union philatélique de Genève ont sorti pour l’heure la seule et unique carte postale marquant l’événement. C’est peu. Mais c’est déjà ça.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.