05/06/2014

Un soutien bien tardif

Ainsi donc Genève se dit prêt à soutenir les enfants placés autrefois, si j’en crois les déclarations de Mauro Poggia parues hier dans nos colonnes. Enfin!

Cela ne serait que justice vis-à-vis des victimes et bon pour la crédibilité de l’Etat. Ben oui. Comment nos autorités, toujours prêtes à dénoncer les injustices commises au loin, pourraient encore refuser de faire un geste concret pour ceux qui ont souffert ici?

Danielle appréciera ce revirement, elle qui a eu tellement honte, en avril dernier, de la position du Conseil d’Etat disant ne pas être concerné par ces enfances volées.

Cette Genevoise âgée m’a fait ainsi parvenir une lettre touchante expliquant pourquoi cette réaction l’avait blessée. Fait-elle partie de ces personnes qui ne se sont jamais remises de leur sombre passé?

Non. Elle-même a vécu une enfance et une jeunesse heureuses. Mais un jour un petit être de 10 ans s’est trouvé sur son chemin, en Suisse romande. Un gosse battu, triste, dormant à terre.

Danielle s’en est émue. Avec son mari, elle a essayé de «l’arracher des griffes de la méchanceté». Un parcours long et difficile. Les services sociaux de l’époque ne leur ayant pas vraiment facilité la tâche.

Après une année de démarches, cet enfant est venu vivre dans son foyer. Et lorsqu’elle a pu enfin l’adopter, elle est devenue «la plus heureuse des mamans!»

Je laisse à Danielle les mots de la fin. «Même si l’argent ne compense pas la souffrance, cela peut aider ceux qui ont de la peine à tourner aujourd’hui. Et on attend trop longtemps à leur verser quelque chose, car ils sont très âgés.»

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

On n'ose à peine imaginer ce que les habitants Irlandais réclameront à leur gouvernement suite au scandales des cadavres d'enfants tués et sans doute mutilés aussi , nés de mère placées dans des orphelinats tenus par des religieuses vraie mégères
La brutalité était de mise dans des temps antérieurs et il est triste même si c'est un bien pour les plus mal lotis que l'Etat assume ses responsabilités mais voilà il y a un grand hic malgré tout,les politiciens et religieux de l'époque étant tous disparus ,ceux d'aujourd'hui n'y étant pour rien on peut comprendre l'hésitation.
Ce d'autant quand on sait les difficultés financières pour le peuple aujourd'hui qui peut-être n'apprécie pas ce genre de réclamations
Les guerre Napoléonniennes ont causé de sérieux dégâts normalement il devrait être demandé réparation à la France ou à Rome puisque la maltraitance des enfants et mères placées remonte à l'époque des Templiers
Ceci n'excusant en rien cela bien entendu et mon point de vue est celui d'une personne battue mais qui par chance a osé transgresser très vite tous les interdits afin d'en protéger d'autres
Si les coups étaient donnés tant mieux d'autres échapperaient aux sévices psychologiques souvent pires que des gnons
Il fallait vivre à cette époque et comment faire comprendre à d'autres cette intolérance semblable à ce qui est vécu de nos jours mais sous une autre forme je veux parler de la délation et ces dénonciations souvent fausses prouvant qu'entre hier et aujourd'hui les choses ont peu évolué

Écrit par : lovsmeralda | 05/06/2014

Je ne désire pas rentrer dans la polémique mais dans quelques années on peut aussi se demander combien de jeunes enfants nés ou pas encore réclameront leur dû aux autorités d'aujourd'hui quand on sait les nombreuses maltraitances psychologiques endurées dans certains immeubles au su et au vu de tout le monde sans que personne ne lève le petit doigt ou des cadavres retrouvés d'humains décédés chez eux sans doute après avoir réussi à contacter des humains qui ne relèvent plus la majeure partie de leur temps des appels enregistrés sur répondeur
Dans le temps c'était mange et tais toi ,seules les grandes personnes savent dire la vérité.Aujourd'hui c'est ringards taisez vous ,vous radotez et en plus vous coutez cher!
Très bonne journée à Tous

Écrit par : lovsmeralda | 05/06/2014

Les commentaires sont fermés.