23/06/2014

La puce des chats

Après les envolées musicales de ce week-end de rêve, revenons sur terre. Et sur le cas de ce chat écrasé dont j’ai parlé l’autre jour.

Catherine me fait savoir qu’en général, les mistigris trouvés morts au bord des routes sans collier ne sont pas forcément sans maître

Car les matous ne sont pas des toutous: ils ne supportent pas la laisse au cou et aiment divaguer où bon leur semble, en perdant parfois leur collier en chemin. Mais ils devraient tous être porteurs de puces électroniques.

Justement! On me demande si les policiers qui enlèvent les dépouilles de chats sur la voie publique sont dotés ou non d’appareils permettant de les identifier. Eh bien non, me dit le chargé de communication.

Seuls les vétérinaires en possèdent. Les pandores ou les passants qui trouvent ces animaux devraient donc, si possible, les apporter chez ces spécialistes. Ils seraient ainsi identifiés et leur maître prévenu.

C’est mieux, pour pleurer son chat!

Et pour rester dans le registre de nos amies les bêtes, Elisabeth me signale un drôle de truc. En avril dernier, elle fait des démarches auprès d’un refuge de la région genevoise pour y laisser son animal de compagnie pendant les vacances estivales.

Oh, pas pendant tout l’été. Juste deux jours. A sa grande surprise, il lui a été réclamé le prix d’une location d’une semaine entière! Et les cinq jours payés en trop, ils serviront à qui?

Elisabeth a raqué. Mais elle râle. Manifestement, les places dans les refuges sont aussi rares et chères que les appartements libres dans le canton…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

A qui la faute, si ce n'est aux abandons multiples en période estivale ? Je souhaite de très mauvaises vacances à tous ceux qui abandonnent leur animal pour partir tranquillement (?) en vacances...

Écrit par : Romy Stratta | 23/06/2014

Les commentaires sont fermés.