27/06/2014

Le travail des enfants

Elle a vu rouge, Nathalie. La rage lui est venue en découvrant cette annonce sur le site jobup.ch alors qu’elle consultait des offres d’emploi dans la catégorie restauration, hôtellerie et tourisme.

«Recherchons petites filles», est-il écrit en gras et en gros. «Pour effectuer l’ensemble des tâches domestiques de familles aisées», est-il précisé en beaucoup plus petit. Tiens donc…

Nathalie n’est pas la môme de 5 ans au moins ciblée par cet avis. Mais elle lit ce qui lui est demandé: 16 à 18 heures de boulot par jour, un caractère docile, travailleuse. Et pour quel salaire? Un espace pour dormir et de la nourriture.

«Vous êtes intéressé(e) pour votre fille et souhaitez la voir déjà entrer dans la vie active?» Cette phrase fait juste grimper aux murs cette mère de famille! Mais quand elle signale l’abus au site hébergeant ce scandale, elle découvre bien vite le pot aux roses.

L’annonce est en fait une «bombe» lancée par "Terre des hommes" et quelques complices pour faire réagir le public et dénoncer l’esclavage des petits dans le monde. Message reçu! Même si Nathalie reste ébranlée par la forme dérangeante de la campagne de sensibilisation.

Au siège de la grande ONG suisse d’aide à l’enfance, on se réjouit plutôt des retombées de cette action lancée le 12 juin, date de la Journée mondiale contre le travail des enfants.

Près de 3000 signatures ont été récoltées en ligne pour s’insurger contre ces pratiques. Des débats ont eu lieu. Et l’on continue d’en parler. Ce «Recherchons petites filles» a donc fait mouche. Espérons que cela change quelque chose au sort de ces millions de gosses…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.