29/08/2014

Les rats et les hommes

Ça fait toujours bizarre, en pleine ville, de se trouver face à un rat. Un vrai, donc. Avec sa queue nue, son museau pointu et ses petites dents acérées.

Alors je ne vous dis pas dans quel état peut se trouver une dame après en avoir croisé une colonie!

Rose Marie avait juste envie de se poser un moment au soleil dans le petit parc situé au bout des voies couvertes de Saint-Jean, côté Aïre. Elle n’était pas la seule à apprécier le coin, en ce samedi: plus de vingt rats trottinaient là, pas dérangés par sa présence. Ni par celle d’un jeune gars, assis sur un banc, mais les pieds à l’abri des rongeurs.

«N’ayez pas peur, ils n’attaquent pas» prévient-il. Encore heureux!

Alors quoi, c’est l’invasion des rats en ville? Même pas.

Ils préfèrent généralement vivre cachés, loin des prédateurs et sortent juste de leur trou quand il y a trop de nourriture à la surface. L’odeur les attire. Et avec tous les déchets alimentaires que les gens laissent sur la voie publique, les rats ont de quoi se régaler.

Ces petits mammifères peuvent squatter un lieu tant qu’il y a bombance en vue. Et ne plus y revenir dès qu’il n’y a plus rien à croquer. Pas bêtes, les rats!

Ils sont d’ailleurs si futés qu’ils ne succombent pas fatalement aux nombreuses campagnes de dératisation menées en ville et dans le canton.

Aux aliments empoisonnés, ils préfèrent manger le pain et les vivres laissés dans les buissons et autres enrochements par les amis des bêtes…

Si les Genevois ne veulent pas se faire peur en croisant trop de rats, ils devraient ne plus laisser traîner de la nourriture n’importe où. Facile à dire!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Cet article pourrait être à double tranchant pour vous Amis Genevois qui aimez tant les taxes/rire

Écrit par : lovsmeralda | 29/08/2014

Croiser un rat ou deux ça passe encore, mais une colonie entière ça laisse un froid dans le dos.

Écrit par : Annuaire | 02/09/2014

Les commentaires sont fermés.