13/09/2014

Le temps d'attente

Vendredi en fin de matinée, Aline se rend à l’Office des poursuites pour obtenir une attestation comme quoi elle n’en a pas. De poursuites, donc.

Sitôt arrivée, cette femme très active défaille: son ticket en main indique que 48 personnes la précèdent. Et le temps d’attente prévu affiche 33 minutes. Au secours..

Elle prend finalement son mal en patience. Cinq guichets sont ouverts, ça devrait aller. D’ailleurs elle n’a pas le choix: il lui faut ce papier dans la journée. Trop tard pour le demander par internet.

Tandis que l’heure avance, les gens affluent. Or, trois guichets ferment tour à tour. Bonjour l’engorgement.

Après avoir piaffé cinquante minutes durant, Aline passe enfin au guichet. Son affaire est vite réglée. A son départ de l’office, elle regarde l’écran: il affiche 86 minutes d’attente pour les suivants!

Une heure vingt-six pour obtenir un document que l’on doit en plus payer, ça frise le code!

Une telle attente est-elle tolérable? Non, et l’administration s’en excuse auprès des usagers, dit-on en haut lieu. Alors, c’est quoi le problème? Un afflux inhabituel en ce vendredi: plus de 500 démarches à la mi-journée! Les gens profiteraient du pont du Jeûne pour faire des démarches administratives. Les Genevois sont bizarres…

Face à ce pic extraordinaire d’attente, les employés aux guichets ont réduit leur pause déjeuner, m’a-t-on signalé, et le patron en personne est venu servir les clients. En début d’après-midi, la situation revenait normale.

Normale? Les statistiques  du service disent que près de deux tiers des clients sont servis en moins de 20 minutes et 80% en moins d’une demi-heure. Le but étant de faire mieux encore.

Aline sera ravie de l’apprendre. Nous aussi.

19:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

D'un autre coté, ce genre de document peut se commander directement par internet. ON recoit ca tranquillement à la maison et en plus, si je me souviens bien, ca coute moins cher que de le prendre sur place!

Écrit par : Pierre Roche | 14/09/2014

voleur, tel est le qualificatif qui désigne cet office.

voleur, parce que demander 17 francs suisses pour un tirage papier et un coup de tampon, c'est du racket légal.

voleur, parce qu'avec ce qu'on paie comme impôts, on peut laisser filer les voleurs, les cambrioleurs, les casseurs et malfaiteurs, mais on va vous faire payer, à vous citoyens honnêtes venant chercher la preuve que vous l'êtes, une taxe inique, un impôt forcé et une soulte inadmissible.

Oui, office des poursuites, voleurs, et en toute légalité avec les deux mains peut-être, mais voleurs malgré tout...

Écrit par : Keren Dispa | 15/09/2014

Les commentaires sont fermés.