22/09/2014

Feuilleton à rallonge

Les mamies font de la résistance à Saint-Jean, et nous n’avons pas encore fini d’en parler!

Dans ce feuilleton rocambolesque, nous en étions restés au moment où Anne-Marie, 85 ans, attendait de pied ferme sa convocation pour aller purger trois jours de prison. Car elle refuse de payer une amende, injustifiée à ses yeux, à propos de son petit chien.

Depuis, un comité de soutien s’est créé et les bonnes dames de Saint-Jean se sont mises à récolter des signatures, sur un thème d’Emile Jaques-Dalcroze, "Les bonnes dames de Saint-Gervais" (Que dit? Que donc? Que dis-tu, que dit-on? Que dit-ell’donc, près de la fontaine?…)

En une semaine, plus de soixante personnes (dont de bons messieurs) ont manifesté leur soutien à Anne-Marie en signant les feuilles déposées dans un tabac et deux tea-rooms du quartier.

Et dans un courrier accompagnant ces signatures, adressé à diverses autorités de Genève, une autre aînée indignée demande à ces Mesdames et Messieurs «…de faire votre part avec cœur et intelligence pour rétablir une harmonie perdue entre vous et nous!»

Le conseiller administratif Guillaume Barazzone s’y est déjà attelé jeudi dernier, lors d’une réunion de quartier sur les parcs publics.

Le magistrat a entendu Anne-Marie, puis il a demandé à la police municipale de regarder si une solution pouvait être trouvée à ce problème.

C’est un bon début. Mais ce n’est pas suffisant. Car la procédure actuelle est entre les mains du canton de Genève. Pas de la Ville de Genève. Mince alors.

Les bonnes dames de Saint-Jean vont devoir encore faire preuve de patience, avant de chanter victoire!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.