26/09/2014

Une envie de voter

A Genève, tout le monde ne vote pas.

Certains habitants le pourraient mais ne le font pas; d’autres le voudraient mais ne peuvent pas. Du moins pas encore. Comme Cecilia.

Deux ans après en avoir fait la demande, cette dame reçoit la semaine dernière une missive officielle certifiant sa toute nouvelle nationalité suisse, datée de fin août.

Elle en est plus que ravie et s’en va payer les émoluments de circonstance avec le petit bulletin rose glissé dans l’enveloppe en papier recyclé qui emballe cette nouvelle importante.

Cecilia va enfin pouvoir voter. Cette perspective la réjouit car elle a envie de se prononcer sur un objet qui lui tient à cœur: la traversée de la rade…

Les jours passent. Elle ne reçoit toujours pas de matériel de vote. Serait-elle une Genevoise et une Confédérée au rabais?

Elle s’en inquiète auprès du Service des votations et élections. On lui répond gentiment qu’elle ne pourra pas voter avant d’avoir prêté serment.

Cecilia n’en croit pas ses oreilles. Et pourtant. Renseignements pris, la nationalité est acquise ici uniquement au moment où la personne qui l’a obtenue prête serment. Pas avant.

Lorsqu’une telle cérémonie a lieu en période de votation, comme cela s’est produit mardi dernier, les nouveaux citoyens reçoivent leur matériel de vote à l’issue de la réception solennelle.

Cecilia devra patienter jusqu’à la prochaine cérémonie. Il y en a une quinzaine chaque année.

Pour ce scrutin sur la traversée de rade, c’est donc raté. Qu’elle se rassure, il y en aura d’autres…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.