28/10/2014

Attaques de clowns

Ce n’est plus une légende urbaine mais une réalité, du moins chez nos voisins.

Depuis quelques jours, des attaques de clowns agitent les villes du nord et du sud de la France, après avoir bruissé sur les réseaux sociaux. A Genève aussi, on parle beaucoup de ces gugusses sur Facebook. Mais pas encore dans les rues.

Manquerait plus que ça: des clowns qui effraient et agressent les passants! C’est le monde à l’envers…

Et pourtant. Ce week-end, à Montpellier, un pitre grimé de blanc assène une trentaine de coups de barre de fer sur la tête d’un piéton pour le dévaliser. A un jet de pierre, quinze jeunes Auguste, armés de couteaux et de pistolets, sont pincés sans avoir le temps de se donner en spectacle. On ne rigole plus.

Il y a de quoi devenir coulrophobe, clame une copine, les yeux au ciel!

C’est quoi encore cette maladie? Une peur exagérée du clown. Une crainte alimentée par des détournements étranges qui ont fait de ce personnage candide un affreux jojo psychopathe.

Je dois avoir du retard à l’allumage. Ou alors j’aime trop le cirque. Mais je trouve moche d’associer cette figure joviale à des agressions sordides. Car cet être n’a rien de méchant. Il amuse les foules et leur apporte un peu de légèreté.

Il ne fait pas du mal, au contraire. Songez aux clowns d’hôpitaux qui redonnent de la joie aux enfants malades ou accidentés. Ou à Dimitri, qui vient de se produire à Genève. Il vous fait peur, cet homme-là?

Son arme, c’est l’humour. La délicatesse. La poésie. Avec un tel clown, on se fait attaquer avec plaisir.

Mais les autres, les faux, les fourbes, on s’en passe volontiers.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Vigilance à tout prix

Écrit par : annuaire suisse | 28/10/2014

Pourquoi leur faire de la publicité gratuite en écrivant sur le sujet ?

Écrit par : Marie | 28/10/2014

Les commentaires sont fermés.