17/12/2014

Jules est à la bourre

Ces jours, Jules est à la bourre!

On le croise dans tous les milieux genevois, sportifs, culturels ou économiques. Il s’attable dans les bistrots et les familles. Dans les clubs et chez des amis. Il s’adapte à toutes les sauces, pourvu qu’elles soient bonnes.

Jules était ainsi invité lundi soir aux Vernets pour assister au quart de finale de la Coupe de Suisse. Les Aigles ont gagné haut la main, tandis que leurs supporters glissaient 2236 francs dans les tirelires de la Thune du Cœur. Merci aux amateurs de hockey, aux porteurs de crousilles et au staff du GSHC!

Jules s’est aussi rempli la panse au Pickwick, lors du concert donné par le Beau Lac de Bâle. Il a fait de même au RDV, le café de la rue de Carouge, où le patron bichonne le nourrain comme ses clients. La collecte réunie à l’occasion d’une soupe de l’Escalade très améliorée pèse ainsi doux dans son bidon.

Autre délicatesse? «J’ai invité mes amies pour le souper du «P’tit Noël». A la place de m’offrir un cadeau, j’ai proposé Jules. Alors voilà!» Le «voilà» généreux a été livré dans une tirelire rouge à croix blanche, sans signature…

Les jeudistes du Club alpin marchent également en faveur de Jules, ce qui lui fait le plus grand bien. Et puis chaque vendredi de décembre, notre cochon compte les employés de l’entreprise Cargill qui viennent bosser en jeans et lui filent une thune. Cinq francs pour ne pas enfiler un jour le costard-cravate ou le tailleur de circonstance, fallait y penser. Car ça rapporte!

Tous ces dons arrondissent Jules qui pèse à ce jour 35 846 francs. Mais il doit encore grossir pour remplir au mieux sa mission. Par ici, les thunes!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.