15/01/2015

La Savoie sans Savoie

savoie.JPG«Nos voisins savoyards, on les aime bien, mais tout de même!»

Quelle mouche a donc piqué André? Je lui cède la plume, pour en savoir plus.

«Pour l’Escalade, magnanimes, nous avons fini par passer l’éponge. Pas gênés pour un sou, ils nous ont ensuite chapardé la fondue, rebaptisée «fondue savoyarde» exactement comme, un beau jour, les Lyonnais se sont adjugé le cardon de Plainpalais… Ils ont aussi fait le coup à d’autres en annexant le gratin dauphinois sous forme de gratin savoyard. Où s’arrêteront-ils?»

Pour m’éclairer sur cette épineuse question, André m’a fait parvenir, avec sa lettre, une boîte de biscuits de fabrication artisanale achetée près d’Aix-les-Bains. Vide la boîte, hélas. Mais je comprends mieux.

Qu’a-t-elle donc de singulier?

«Elle arbore, pour la couleur locale, une marmotte. Bon: il s’en trouve sur leurs alpages» relate mon informateur. Même que certains Belges de passage en altitude appellent ces quadrupèdes rongeurs des oursons siffleurs, mais je m’égare…

Figure aussi sur l’emballage métallique «une touffe de gentianes acaules: il n’en manque pas sur leurs hauteurs. Plus le blason savoyard dont on sait la ressemblance avec le drapeau suisse: rien que de très légitime.»

Alors quoi? «Enfin, trônant au centre de la boîte, le Cervin, flanqué du petit train rouge du Gornergrat!…»

«C’est compliqué la Savoie», relate notre gourmand philosophe. «Y militent quelques autonomistes qui n’ont toujours pas désarmé. Maintenant, bas les masques: la Savoie compte aussi des annexionnistes…»

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Cela me rappelle une plaisante pièce de théâtre d'un certain Joseph Dessaix, "La Savoie à la recherche du Mont-Blanc", écrite en 1860 parce que ce dernier était réputé suisse dans un guide touristique, peut-être édité en Suisse je ne sais plus.

Écrit par : Rémi Mogenet | 15/01/2015

Les commentaires sont fermés.