16/01/2015

Le blues de la boîte

Mais où est donc passée ma boîte? Enfin, la boîte d’échanges entre voisins?

Celle de mon quartier s’est fait la malle comme ça, du jour au lendemain. Paraît qu’elle aurait prévenu les habitués, mais je n’ai rien vu venir.

Alors je suis restée avec mes livres sous le bras, penaude, ne sachant trop où les déposer. Désappointée aussi. Pour une fois qu’un truc marchait bien, faut encore qu’on nous l’enlève! Vous voyez le genre de réflexion…

Or, il n’y a pas raison de s’énerver, d’après ce que m’a dit un membre de l’association Tako, à l’origine de cette action. Si les onze boîtes d’échange situées en ville de Genève ont toutes été retirées, c’est parce qu’on arrive à la fin de la phase pilote du projet. Phase déjà prolongée, soit dit en passant.

Exit, donc, ces caisses qui favorisent les trocs, les discussions entre habitants et les surprises. Mais elles ne sont pas mortes pour autant: elles devraient revenir, plus belles qu’avant, et surtout plus nombreuses!

L’association recherche en effet des fonds et est en discussion avec les autorités municipales pour obtenir, si possible au mois de mars, la pose de 42 boîtes d’échanges.

A l’image de celles qui ont fait leurs preuves, ces nouvelles installations devraient être prises en charge par des citoyens. Dans chaque quartier se trouve une bonne âme qui veille sur ce lieu d’échanges, qui classe son contenu et assure un brin de propreté.

Depuis le début de l’expérience, Tako estime que ses boîtes ont permis l’échange de 108 000 objets, représentant 132 tonnes de matériel. Belle démonstration d’utilité publique!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.