22/01/2015

Le banc de l'enfance

banc.JPGUn banc public, c’est fait pour que les amoureux puissent se bécoter en paix et les passants se reposer, pour jouir du paysage ou du bon temps.

Encore faut-il, pour que l’expérience soit agréable, que ses lattes en bois soient au complet et que de la peinture écaillée ne se fiche pas dans les habits… Bref, un banc public n’est rien d’autre qu’une invite à s’asseoir.

Or, celui qui vient de pousser sur la pelouse du quai Wilson ne semble pas répondre à cette logique.

Pourquoi? Eh bien parce qu’il faudrait une échelle pour y accéder. Ou un escabeau: tout dépend de la taille du promeneur qui aurait envie de se jucher là-haut.

Ce siège monumental fait dos à l’hôtel Président Wilson et face au lac. Sa présence intrigue les badauds, qui en ont pourtant vu d’autres, et titille l’imagination.

Car ce banc, totalement disproportionné pour nous autres adultes, peut nous faire replonger en prime enfance. Dans ce temps où tout le mobilier nous semblait hors de portée. Où il fallait faire une sacrée gymnastique pour escalader une chaise et parvenir à se mettre enfin à niveau des grands.

A moins que l’installation en question ne soit destinée aux grands de ce monde, habitués à se trouver au-dessus de la mêlée pour contempler l’horizon.

On pourrait aussi se demander à partir de combien de centimètres supplémentaires un simple banc public devient-il une œuvre d’art? Telle est sans doute la question à se poser, à l’heure où Artgenève s’apprête à ouvrir ses portes.

07:03 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Sans doute une œuvre d'art ... version 2015 !

Bonne fin de journée

Écrit par : Marie | 22/01/2015

Les commentaires sont fermés.