11/02/2015

La terre est basse

«Parlez un peu plus de ce qui va bien chez nous» me glisse une lectrice qui a besoin de bonnes nouvelles. D’accord.

Catherine et Christianne sont des dames âgées qui ne se connaissent pas. Toutes deux me font part d’une histoire qui leur est arrivée il y a peu. Curieusement, les récits présentent des points communs.

Ces aînées ont été secourues dans un parking par un jeune venu d’ailleurs. Et elles veulent le faire savoir, pour que cessent certains préjugés.

L’autre jour, à Plainpalais, Catherine tente de récupérer au sol une thune tombée de son porte-monnaie. Mais la terre est basse, quasi inatteignable pour celle qui se dit d’un âge canonique.

Arrive un jeune homme de type maghrébin. Il se baisse, récupère la pièce et la rend à sa propriétaire avec un grand sourire. Elle hésite à la lui offrir, par crainte de l’offenser. Alors elle lui sourit à son tour. Avec chaleur.

C’est en allant chercher sa voiture que Christianne glisse dans la rampe d’accès au parking et tombe, non loin du trottoir. La terre est basse, donc… Impossible pour elle de se relever seule.

Deux messieurs d’ici, extérieurement bien sous tous rapports, passent près d’elle l’un après l’autre, la regardent, accélèrent le pas et s’en vont.

Arrive un jeune de type maghrébin. Le même qu’avant? Mystère! Il voit la vieille dame à terre, se précipite vers elle, la soulève doucement et la soutient jusqu’à ce qu’elle tienne debout seule. On dirait qu’il s’occupe de sa grand-mère!

Il la quitte lorsqu’il est sûr que tout va bien pour elle. Ce qui fait dire à l’aînée: «Il y a des accidents qui vous laissent un grand morceau de soleil!»

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

merci pour cet article qui fait chaud au cœur ! Il est vrai qu'en ce moment se sont ou des handicapés légers ou des personnes de sang étranger qui viennent au secours de nombreuses personnes isolées surtout si on les connait de longue date
Trop de technocratie tue on le sait, même les meilleures volontés durables

Écrit par : lovejoie | 11/02/2015

Belle histoire.

Oui, la terre est basse pour ceux qui ne peuvent pas se baisser ou se relever et dans un pays où on leur refuse le remboursement d'une simple pince de préhension lorsqu'ils font tomber quelque chose chez eux. Et personne ne les informe non plus que cela existe.

Si je regarde dans le miroir du passé :

C'est un arménien qui m'a rapporté ma déclaration d'impôt prête à être expédiée qu'un autre avait volée avec un sac plastique et déposée dans un distributeur de journaux.

C'est une concierge kosovar qui venait m'accompagner de mon lit jusqu'aux toilettes avec une fracture lombaire et m'apporter de temps en temps à manger pour que je ne crève pas de faim, alors que les services d'aide à domicile étaient grassement payés 2h00 pour préparer un demi-repas pour deux jours...

C'est un polonais qui vint m'aider au dernier moment à préparer un déménagement que je n'étais pas en mesure physique de pouvoir assumer, avec un retard considérable.

Et bien d'autres étrangers encore dans le parcours d'une vie.

Mais soyons juste : Il y a les étrangers qui vous aident à vous relever et ceux qui détroussent les vieilles dames ou les scotchent dans leur baignoire.

Et il y a les suisses qui ne lèvent pas le petit doigt et n'ont aucun sens de la solidarité et ne s'aident même pas à s'aider eux-mêmes ni à soutenir ceux qui les aident depuis des mois pour qu'ils puissent les soutenir encore mieux. Je vois cela tous les jours.

Honte à ces deux là, en tous cas. Et Bravo à ces maghrébins humains.

Écrit par : Le Tigre | 11/02/2015

Les commentaires sont fermés.