17/03/2015

La fin du feuilleton

Très digne, très droite, et bien qu’affreusement gênée de comparaître devant le Tribunal de police, Anne-Marie ne s’est pas dérobée, ce lundi. Pour la première fois de sa vie elle a affronté, à 86 ans, un juge. En tant que prévenue!

Pour rappel, celle qui est devenue la vedette de Saint-Jean avait reçu en 2013, et pour la première fois de sa vie aussi, une amende. A cause du petit chien qu’elle promenait en laisse, tout près de son immeuble, là où il ne fallait pas aller avec un toutou.

Elle avait alors contesté avec fermeté l’amende de 350 francs, préférant faire trois jours de prison comme peine de substitution plutôt que de la payer. Une décision qu’elle a réaffirmée crânement hier, devant le juge. Sauf que la procédure n’en est pas encore là…

Au terme de l’audience, Anne-Marie a demandé l’acquittement et le représentant du Service des contraventions a maintenu sa position. Et le juge a jugé que l’aînée est certes coupable, mais lui a reconnu des circonstances atténuantes.

Résultat des courses? La faute étant somme toute légère, l’amende est réduite à 50 francs. Mais les 200 francs de frais de justice sont à la charge d’Anne-Marie…

Va-t-elle contester le jugement? Non! Car elle en a assez de cette histoire qui lui fait perdre le sommeil et sonne comme une fausse note dans sa longue vie de citoyenne modèle genevoise.

Elle passera à la caisse, satisfaite, malgré tout, d’être allée au bout de la démarche. Tout en se demandant s’il est vraiment raisonnable de dépenser tant de temps, de travail et d’argent pour un si petit délit. Un peu plus de bon sens, au départ du feuilleton de Saint-Jean, aurait permis de limiter la casse.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

On ne peut qu'espérer un joyeux printemps à Anne-Marie, et on peut également souhaiter que le représentant du service des contraventions s'étouffe avec ses règlements à la noix.

Qu'ils aillent plutôt là où "il en faut" pour œuvrer : par exemple aux Pâquis, traquer et punir les marchands de mort. Là, y a du fric à faire, messieurs du service des contraventions, et en plus c'est du cash, pas de la rente d'AVS ou de veuve...

Écrit par : Keren Dispa | 17/03/2015

Les commentaires sont fermés.