19/03/2015

Le retour gagnant

Vendredi 13. Jour de malheur ou jour de chance? A 2 h de ce matin-là, Odile ne le sait pas encore. Tandis qu’elle cherche le sommeil et que tout Florissant dort, elle entend un chien aboyer. Pas le petit jappement plaintif, mais le hurlement qui déchire la nuit. Et qui dure.

Ces cris ininterrompus l’inquiètent. Il lui semble que l’animal cherche ainsi à signaler un danger. Mais lequel? Et où? Elle n’a pas l’habitude de déranger la police. Mais elle finit par l’appeler, par acquit de conscience.

L’agent de garde prend la chose au sérieux et lui demande un témoignage sonore. Odile tend alors le téléphone par la fenêtre: ahouahou wouaf wouaf! Message reçu! Le policier envoie une patrouille localiser le bruyant animal, et la dormeuse contrariée retourne au lit. Bientôt, elle n’entendra plus rien.

Jusqu’à ce coup de fil, en journée. Courtois et prévenant, le policier vient rassurer celle qui l’avait appelé dans la nuit: oui, le chien va mieux! Car c’est bien lui qui était malade. Des allergies. Fortes, à l’évidence. Son patron, lui, n’a rien entendu, grâce aux boules Quiès.

Extraordinaire, se dit Odile. Le coup des boules? Non. Le fait que le policier l’ait rappelé pour la rassurer!

L’autre fait de ce vendredi 13 se passe au Da Marino, un resto des Eaux-Vives où dix bénévoles et personnes handicapées d’Agis sont de sortie. Ils évoquent peut-être au passage l’encre bleue du jour qui parle de leur association.

Toujours est-il qu’au moment de régler l’addition, après un bon repas, le serveur annonce à la tablée qu’un client a déjà payé la note pour tout le groupe. Le donateur est resté inconnu, et les convives en sont encore tout émus!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.