25/03/2015

Toujours trop jeune?

Moins nous avons affaire à elles, mieux nous nous portons, par définition. Je parle des assurances-maladie, donc.

Nous raquons et raquons encore, mois après mois, espérant ainsi être bien protégé lorsque la tuile tombera. Et patatras! Quand elle est là, la tuile, rien se passe vraiment comme prévu…

Celle que je vais nommer Aline en a gros sur la patate. C’est la deuxième fois que l’assurance lui refuse une convalescence pour se remettre d’une intervention chirurgicale.

Il y a quatre ans, alors qu’on lui avait posé une prothèse entière au genou gauche, le médecin-conseil de sa caisse maladie avait estimé qu’elle était trop jeune pour bénéficier d’un tel séjour. Aline avait 60 ans et vivait déjà seule, sa parenté se trouvant à 200 km de là.

Et je vous laisse imaginer comme c’est pratique, avec deux béquilles et le genou en compote, de faire seule sa cuisine, sa toilette et ses courses, ou d’aller chez le physiothérapeute.

Aujourd’hui, même opération, mais au genou droit. Et même refus de l’assurance de l’envoyer à Jolimont après l’intervention, comme demandé par le médecin traitant d’Aline.

A 64 ans serait-elle toujours trop jeune pour avoir droit à un temps de convalescence? Mystère, le refus n’est pas argumenté. Son médecin traitant va donc revenir à la charge.

Mais si rien de change, Aline sera clouée chez elle après son opération, seule avec ses béquilles, son genou en compote et quelques soins à domicile. Et gare à elle si elle tombe et se blesse. L’assurance lui dira peut-être qu’elle devait se faire aider pour éviter cette nouvelle tuile. Oui mais par qui?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ce qui reviendrait à dire : à quel âge est-ton "vieux/vieille" ?

En arrivant à Saint-Georges ?

Courage Madame, je suis de tout cœur avec vous.

Bonne journée

Écrit par : Marie | 25/03/2015

Bonjour Marie,

C'est difficile de décrire la réponse "à quel âge est-on vieille/vieux".

Avons-nous l'âge de nos cellules?

Avons-nous l'âge de notre apparence?

Avons-nous l'âge d'apprendre encore?

Avons-nous l'âge de continuer à donner?

Et surtout : que laissons-nous après nous ? Des enfants, de la joie, des créations, des arbres, des monuments, des traces indélébiles marquées dans le marbre, ou tout simplement des souvenirs chaleureux?

En tous cas Julie l'Encre Bleue est bien présente dans les cœurs, elle sera toujours jeune et généreuse!

Et Saint-Georges pourra toujours attendre pour être un repère, une étape permettant d'affirmer "qu'on était trop vieux".

Écrit par : Keren Dispa | 25/03/2015

Les commentaires sont fermés.