30/03/2015

Des lapins à croquer

Pâques et ses ribambelles chocolatées ont beau camper dans les magasins depuis des plombes, nous arrivons là, maintenant, dans le vif du sujet.

D’ici à la fin de cette semaine, des cargaisons de sucreries devraient disparaître des étals pour se transformer insidieusement en une couche de plus sur nos hanches. Ou nos bidons.

Malgré nos bonnes résolutions, nous prendrons quand même un bout de lapin. Plutôt les oreilles, les pattes ou le dos? Les gosses, à coup sûr, vont arracher en tout premier les oreilles: c’est là où il y a le plus de choc…

Mais mieux vaut qu’ils craquent pour une croque sucrée que pour de vrais lapins, ces boules de poils douces et mignonnes comme tout que l’on voit un peu partout à pareille époque.

Ces adorables animaux se vendent comme des petits pains pour faire plaisir aux minots qui les réclament à cor et à cri. Ils sont hélas trop souvent largués peu de temps après leur arrivée dans le nouveau clapier.

Normal: les enfants se rendent vite compte qu’un lapin n’est ni un jouet, ni une peluche. Il est fragile, craintif. Il a son caractère. Et comme les humains, son adolescence est une période assez difficile…

Mais ce n’est pas tout. Ces animaux de compagnie se vendant normalement par paire, suffit qu’un vendeur se plante dans le sexe des lapins pour se retrouver vite fait pas tard avec une colonie de lapereaux sur les pattes. Et là, bonjour l’ambiance.

Ah oui, j’oubliais encore ce détail: un lapin peut vivre une dizaine d’années. Sa copie en chocolat, elle, ne dure que le temps de faire saliver les gourmands!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Merci, Julie, de rappeler que les animaux ne sont pas des jouets. Les parents ne devraient JAMAIS céder à ce qui n'est qu'un caprice vite oublié... Vive les lapins en chocolat !

Écrit par : Romy STRATTA | 30/03/2015

Les commentaires sont fermés.